Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 12:01

 

Le court terme est nécessaire pour vivre, sans pour autant tomber dans le réformisme et tout en rappelant le but final et l’analyse de fond.
L’économie n’est pas une science mais une technique. On peut se perdre dans les multiples formes du capitalisme, dans des analyses conjoncturelles et partielles, et oublier l’analyse structurelle, critique de fond et globale.
Ainsi, on se perd dans l’analyse conjoncturelle des multiples formes du capitalisme financier dont la spéculation entraîne une perte du lien entre capital financier et capital productif. Le capital financier enfle pour un profit maximum à court terme, ruinant le capital productif. C’est la bulle financière qui éclate. C’est la crise conjoncturelle.
Cependant les formes du capital sont complémentaires et antagonistes à la fois dans leur intérêt propre. Le capital financier investit dans le capital productif qui produit des objets ou des services que le capital commercial vend. Mais chaque capital veut le maximum de profit au détriment de l’autre. Situation paradoxale où l’un a besoin de l’autre et le ruine.
Mais sur le fond, il n’y a pas à choisir entre une forme ou une autre. Le capitalisme est le même système quelle que soit sa forme, libéral ou social démocrate ; productif, commercial ou financier ; privé, étatique ou autogéré « dans une banque du peuple ».
C’est l’existence même de plus-value qui est à l’origine de la crise. Du fait du profit, le prix de vente est supérieur aux salaires qui ne peuvent plus acheter toute la production, d’où surproduction, chômage et crise. Toute la production ne pouvant être vendue du fait du profit, le profit baisse, conséquence et non cause de la crise comme le prétend Marx. Paradoxe pervers de la plus-value, la pénurie s’instaure en phase de surproduction, le profit tue le profit et la concurrence tue la concurrence où le gros mange le petit en augmentant la productivité qui accroît le chômage et en baissant les salaires, ce qui baisse la consommation, pour conquérir les marchés. Reste que sur le fond, c’est la question de la plus-value qui s’oppose à la distribution des richesses.

Pour sortir de la crise, le capital ne peut fonctionner qu’en expansion à l’infini avec ses dégâts sur l’environnement. Le capital financier doit investir dans un nouveau marché, marchandise réelle ou virtuelle, créateur d’emploi. La plus-value se transforme en valeur ajoutée salaire, ce qui relance l’économie, quitte à produire inutile voire nuisible. Mais c’est pour plus de plus-value, nouvelle crise, nouveau marché, et ce sans fin.
Le seul but du capital est le capital lui-même s’accroissant sans cesse par la plus-value. Les activités sont perverties, conçues pour le profit et non pour répondre aux besoins.
La plus-value est un phénomène pervers. C’est un vol du travail de l’autre légalisé par les lois bourgeoises. L’avidité narcissique en veut toujours plus en exploitant l’autre qui serait manipulable et sans existence propre reconnue, non sans cruauté sadique de créer la misère. Ceux qui meurent de faim sont les sacrifices humains d’une société barbare sur l’autel du capital.
Autre paradoxe pervers de la crise, le désir imaginaire est sollicité pour consommer toujours plus tandis que le besoin réel, essentiel, n’est pas satisfait faute de moyens financiers. Cela renvoie au stade originaire de la psyché où il y a dissociation entre imaginaire et réel, entre psyché et corps, source de haine psychotique. On peut noter que l’État et la religion, par leur transcendance et leur idée de l’être coupée du moi réel, maintiennent cette dualité entre l’esprit et le corps dans une perte d’unité de la personne.
À cela s’ajoute la critique de l’argent, pure abstraction coupée du réel, symbole schizophrénique, qui ne fonde aucune identité. Mais cela demanderait un autre développement et une analyse particulière.


L’idéologie capitaliste ne conçoit la société que comme un marché, l’échange comme un rapport marchand, et l’existence comme statut de marchandise avec son prix comme pseudo-individuation. Il détruit l’entraide, où l’individu et le social sont complémentaires, et la trame socioculturelle qui participe au sentiment d’identité dans l’évolution des processus psychiques chez l’être humain.
La crise vient révéler cette rupture entre imaginaire et réel avec sa haine psychotique et cette perte d’identité qui fondent le fascisme et son délire « d’identité pure » qui, dans la forme paranoïaque de l’État et de la religion, impose un ordre social uniformisé et totalitaire au service du capital en crise dans une haine de l’autre qu’il faut exterminer.Du fait de la plus-value et de l’argent, le capitalisme ne représente pas l’économie réelle. Il faut redéfinir l’économie pour répondre aux besoins réels des gens par le partage du travail et des richesses. C’est le socialisme libertaire de l’autogestion par les travailleurs et les usagers des moyens de production et de distribution, par le travail libre seul ou associé, dans le cadre politique de la commune libre, autonome et fédérée, fondée sur la démocratie directe à la base.
Jean Monjot
Source: Le Monde Libertaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".