Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 16:21

PARIS — "Je suis révolutionnaire de profession": Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, s'est ainsi présenté lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris, qui le juge pour quatre attentats qui, il y a près de 30 ans, ont fait en France 11 morts et quelque 150 blessés.

Ventripotent, front dégarni et barbe blanche, l'homme qui s'attribue "1.500 à 2.000 morts" avait plus l'air, dans son box, d'un retraité tranquille que d'un dangereux révolutionnaire.

Tantôt accoudé à la vitre du box, tantôt en discussion avec son escorte, tantôt assis en toute décontraction, le Vénézuélien de 62 ans donnait l'impression d'être à la cour d'assises comme d'autres sont au spectacle. Un indéfectible sourire aux lèvres, il semblait être le maître des lieux.

Reconnaissant des soutiens au fond de la salle, il les a salués discrètement, brandissant le poing de la Révolution. Un mot sur "l'Etat raciste" d'Israël et les "sionistes exploiteurs" a soulevé une salve d'applaudissements.

Dès lundi, les deux conseils de Carlos ont dénoncé "un procès inéquitable". Jugeant qu'ils ne pouvaient "se mettre en faillite" en défendant gratuitement Carlos, abandonné par le Venezuela, Mes Isabelle Coutant-Peyre et Francis Vuillemin ont déclaré qu'ils se retiraient du procès.

Bien décidé à mener jusqu'au bout cette audience à risque, le président Olivier Leurent a immédiatement commis d'office les deux avocats, les contraignant à rester.

Face à toutes ces manoeuvres, les parties civiles ont gardé leur calme.

"Ca se passe exactement comme on nous l'avait dit", réagit avec distance et philosophie Philippe Rouault à la suspension. Cet éducateur sportif a été grièvement blessé lors de l'attentat de la rue Marbeuf en 1982.

"Il est joueur, il est révolutionnaire", dépeint-il, tout en assurant être "psychologiquement prêt à ça", d'autant qu'"il va nous en montrer d'autres".

L'avocat de plusieurs parties civiles, Me Paul-Albert Iweins, a brocardé devant la cour les discours révolutionnaires "un peu dépassés" de Carlos et de Bernard Ripert, l'avocat de l'accusée allemande Margot Frohlich.

"Je m'aperçois que je suis renvoyé aux années 1970, aux meetings anti-impérialistes", a-t-il moqué. A présent, a-t-il averti, "il va falloir que Carlos prenne conscience qu'il n'est pas ici pour faire la révolution mais pour répondre de ses actes."

Ilich Ramirez Sanchez, qui a revendiqué dans un entretien publié dimanche dans un quotidien vénézuélien plus d'une centaine d'attaques qui auraient fait entre "1.500 et 2.000 morts", conteste les quatre attentats qui lui sont imputés par la justice française.

Interpellé au Soudan en août 1994, il a été condamné en 1997 par la France à la prison à vie pour le meurtre en 1975 à Paris de trois hommes, dont deux policiers.

Le défenseur de la cause palestinienne est accusé d'avoir orchestré quatre attentats afin d'obtenir la libération de sa compagne allemande Magdalena Kopp et du Suisse Bruno Bréguet, deux membres de son groupe arrêtés à Paris en février 1982 avec armes et explosifs.

Le 29 mars 1982, une bombe explosait dans un train Paris-Toulouse faisant 5 morts et 28 blessés. Le 22 avril de la même année, l'explosion d'une voiture piégée devant le siège du magazine Al Watan Al Arabi, rue Marbeuf à Paris (8e), tuait une passante et faisait 66 blessés.

Enfin, le 31 décembre 1983, deux attaques terroristes touchaient la gare Saint-Charles, à Marseille (2 morts et 33 blessés), et le TGV Marseille-Paris, à Tain-L'Hermitage (3 morts et 12 blessés).

Trois autres membres du groupe Carlos sont également jugés pour certains des attentats, mais par défaut: Johannes Weinrich, l'ancien bras droit de Carlos, détenu en Allemagne, ainsi que Christa Frohlich et Ali Kamal Al Issawi, tous deux en fuite.

Verdict le 16 décembre.

Source: AFP

Ci-dessous, quelques archives de l'INA au sujet de "CARLOS".

Les archives de l'INA regorgent de sujets télé sur le parcours du terroriste. Première étape en 1976 : le magazine « L'événement » dresse un premier bilan des attentats perpétrés par Carlos sur le territoire français :

  • l'attentat du drugstore Saint-Germain le 15 septembre 1974
  • la prise d'otages à Orly, le 13 janvier 1975, après le mitraillage d'un avion de la compagnie israélienne El Al
  • la tuerie de la rue Toullier à Paris, le 27 juin 1975
RÉTROSPECTIVE SUR LES ATTENTATS ATTRIBUÉS À CARLOS

26 février 1976

Huit ans plus tard auront lieu les deux attentats de la gare Saint-Charles et du TGV Marseille-Paris. Mais à l'édition de midi du journal télé, le 3 janvier 1984, le présentateur n'est pas encore sûr qu'on puisse les attribuer à Carlos.

LA PISTE CARLOS DANS L'ATTENTAT DE LA GARE SAINT-CHARLES

Antenne 2 - le 3 janvier 1984

A l'édition du soir, sur fond de musique série B, le sujet télé remonté se concentre un peu plus sur Carlos. Dans les actes comme dans le traitement médiatique, c'est l'ambiance de terreur qui prévaut.

LE MYTHE CARLOS

Antenne 2 - le 3 janvier 1984

Dix ans plus tard, Illitch Ramirez Sanchez est arrêté à Khartoum, au Soudan, et ramené en France. La terminologie utilisée par le présentateur du journal télévisé ce soir-là, Bruno Masure, en dit long sur l'image donnée à celui que l'on nomme « le Chacal ». Il est présenté comme une « véritable légende vivante du terrorisme international ».

RÉTROSPECTIVE DE LA VIE DE CARLOS

Antenne 2 - le 15 août 1994

 

En 1994 toujours, la télévision revient sur la traque et l'arrestation de Carlos par la DST – menés sans grand souci du respect du droit international. Charles Pasqua fait en fait le récit en conférence de presse.

LA TRAQUE ET L'ARRESTATION DE CARLOS

Antenne 2 - le 16 août 1994

 

En 1997, lors de la première comparution de Carlos devant la cour d'assises de Paris, le JT de 20h d'Antenne 2 fait un portrait du terroriste, utilisant des images d'écrans d'ordi, d'explications sur l'Internet naissant et les coulisses de cette traque numérique.

PORTRAIT DU TERRORISTE CARLOS

Antenne 2 - 11 décembre 1997

 

L'émission « les brûlures de l'histoire » proposera elle deux sujets sur Carlos. Le premier fait le récit en archives des deux attentats à la roquette ayant eu lieu à l'aéroport d'Orly, les dimanches 12 et 19 janvier 1975.

LES ATTENTATS D'ORLY

Les brûlures de l'histoire - France 3 - le 1er mars 1997

 

Le second sujet revient sur les attentats du train Le Capitole (29 mars 1982) et de la rue Marbeuf (22 avril 1982).

L'ATTENTAT DU TRAIN LE CAPITOLE ET DE LA RUE MARBEUF

Les brûlures de l'histoire - France 3 - 1er mars 1997

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".