Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 13:30

 

 

1-Charonne, depuis Akademgorod    

 

 

http://www.humanite.fr/sites/default/files/vignettes/10-ont-tue.jpg

Sous le coude de La canaille depuis peu de jours, ce témoignage de Robert Lechêne une grande figure du journalisme communiste.

Il me l'a fait passer et après l'avoir recontacté, il a été convenu de le mettre en ligne ce 8 février.

Le voila :

Charonne est pour moi d'un poids particulier.

J'étais alors en reportage avec Max Léon en Sibérie, à la cité scientifique d'Akademgorod, nous étions dehors par moins trente degrés près d'un bâtiment plein d'ordinateurs quand un employé est venu en courant nous dire qu'il y avait eu des tués dans une manifestation à Paris.

Nous n'avons pas pris sur l'instant la mesure de ce qu'il nous disait, et il n'était pas commode à l'époque de se mettre en relation avec Paris.

C'est après notre retour que Charonne a pris pour moi tout son sens, avec tout particulièrement la part de ces camarades qui travaillaient à "l'Humanité", et encore plus particulièrement pour moi avec ce nom de Fanny Dewerpe, pour moi la petite Fanny Kapchuich, copine de mes dernières années de jeunesse, 1945-1946...

Nous nous étions connus, toute une jeune bande d'étudiants, au local de l'Union de la Jeunesse Républicaine de France du Quartier latin où on entendait parler du marxisme, du socialisme, du communisme par le professeur Maublanc, ou Pierre Hervé, ou d'autres.

Nous allions nous balader, joyeux, fraternels, dans Paris ou sur la ligne de Sceaux (ancêtre du RER). J'ai été reçu plusieurs fois chez les parents de Fanny, dans leur logement derrière la Poste des Grands boulevards, à deux pas de la République.

Ayant pris un travail, j'ai perdu de vue Fanny, mais j'ai toujours gardé le souvenir précis de son visage, qui était barré d'une veine bleue, elle avait un caractère vif.

Plus tard, journaliste à "Ce soir", j'ai appris qu'elle s'était mariée avec Dewerpe qui travaillait aussi à "Ce soir", et qui a été lui aussi, je crois, tué dans dans une manifestation.

Cela pour dire que les héros peuvent avoir cette proximité qu'a eue pour moi Fanny Dewerpe, cette vivante chaleur.

J'ai ressenti, je ressens souvent le besoin, de rappeler ce souvenir que j'ai de Fanny, qui ne s'est jamais éteint au bout de 67 ou 68 ans.

 Je ne crois pas que ce soit inutile de le faire, pour qu'on ressente un peu plus ce qu'est la valeur d'une vie humaine.

Fraternellement, Robert Lechêne

Source : Les Carnets de Canaille Le Rouge.                                                                                                                                       

 

2-Charonne : Justice et vérité !

jeudi 9 février 2012, par Alessandro Vitagliano

Quelques 700 personnes se sont rassemblées à Paris le mardi 8 février pour commémorer le cinquantième anniversaire des crimes commis au métro Charonne par la police aux ordres du préfet Maurice Papon et du ministre de l’Intérieur Frey. La répression sauvage de la manifestation pacifique qui protestait contre les attentats de l’OAS en France et en Alégrie a entrainé la mort de neuf syndicalistes : Anne-Claude Godeau, Fanny Dewerpe, Suzanne Martorell, Daniel Fery, Jean-Pierre Bernard, Edouard Lemarchand, Hyppolite Pina, Maurice Pochard et Raymond Wintgens.

Le rassemblement s’est tenu, notamment à l’appel de la CGT et du parti communiste, en présence du secrétaire général de la CGT, du secrétaire national du parti communiste, Pierre Laurent Bernard Thibault et du maire de Paris, Bertrand Delanoë."Notre combat continue parce que notre pays doit la vérité et la justice aux victimes de Charonne sur les responsabilités à l’origine de ce massacre", a déclaré Bernard Thibault lors de son discours, alors que les responsables du drame n’ont jamais été poursuivis.

"Un peuple est grand quand il regarde son histoire en face", a assuré Bertrand Delanoë dans un discours tenu à l’entrée du métro Charonne, où le drame s’est noué lorsque la police a violemment chargé une manifestation "contre le fascisme" et "pour la paix en Algérie""Charonne, c’est le symbole d’un crime mené par des autorités légales pour des objectifs qui étaient profondément injustes, c’est-à-dire réprimer toute volonté du peuple algérien d’accéder à sa liberté, donc son indépendance", a ajouté le maire de Paris.

Le secrétaire national du parti communiste, Pierre Laurent, a estimé que "depuis cinq ans, avec la présidence de Nicolas Sarkozy", la France voyait "le retour de ce vieux clan idéologique qui se gargarise de mythes sur de prétendues vertus de la colonisation", un clan "qui n’a pas manqué une occasion de réhabiliter une honteuse xénophobie d’État".

Les manifestants ont ensuite rejoint le cimetière du Père-Lachaise pour se recueillir devant une stèle en l’honneur des victimes.

Quelques mois auparavant, la police avait réprimé dans le sang une manifestation pacifique organisée à Paris par les indépendantistes algériens en France. Des dizaines d’Algériens, jusqu’à plusieurs centaines selon les sources, avaient péri lors de la répression par les forces de l’ordre.                                                                                            

 Source: CGT                                                                                                                                                                                        


Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".