Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:48

Marine Le Pen, le FN et le monde ouvrier : une histoire tumultueuse


Par Nicolas Lebourg, chercheur, spécialiste de l'extrême droite

Hier, la candidate était en déplacement à PSA-Sochaux. Son opération séduction s'inscrit dans une longue histoire de tentatives ratées pour implanter le FN dans les usines.

 

Prise de conscience ou offensive ? Ces derniers jours, la tension est montée entre Marine Le Pen et les syndicalistes. La CGT était des contre-manifestants lors du meeting frontiste de Marine Le Pen à Saint-Denis. Jean-Claude Mailly (secrétaire-général de Force Ouvrière) a mis en cause le "national-socialisme" du Front national. Les salariés de Pétroplus reçoivent les candidats à l'élection présidentielle, hormis la candidate du FN qu'ils ne veulent pas entendre parler. Ces divers faits se rejoignent dans une vieille histoire : celle des tumultueuses  relations entre Front national et syndicalisme. Par-delà, c'est de la stratégie sociale du FN dont il s'agit.

L'impossible équation

En France, le logo du FN a d'abord été, dès 1970, celui de l'Union Générale du Travail, le syndicat créé par le mouvement néo-fasciste Ordre Nouveau. En 1972, quand ce dernier décide de s'élargir en fondant le FN, le rapport de création du nouveau parti intègre les dimensions sociales et syndicales du combat politique. Responsable de ce rapport, François Duprat y certifie que l'accentuation de l'emprise des financiers sur l'économie devrait engendrer des troubles sociaux bénéfiques à l'extrême droite. "La popularisation des luttes de contestation sociale doit être une des tâches essentielles", assure-t-il, le développement de la crise offrant la possibilité de proposer des solutions radicales aux masses, alors que les commerçants, artisans et paysans sont d’ores et déjà des secteurs anti-communistes.

Sur le plan pratique, l'idée centrale est alors d'investir les syndicats hostiles au Parti communiste français que sont FO et la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC), d'y démontrer que les nationalistes soutiennent les justes protestations sociales, puis de réunir les "fractions" ainsi constituées au sein d'une grande centrale syndicale.

Une image réactionnaire antisociale

Cependant, la déclaration d'intention des premiers candidats frontistes se contente d’affirmer que la condition des travailleurs ne doit être vue ni sous l’angle "d’un patronat fasciné par le profit… ni celui de syndicats professionnels de la lutte de classe… ni celui de technocrates abstraits". A ne vouloir fâcher personne, on ne parle ainsi à aucune catégorie sociale...

Par ailleurs, la sociologie des candidats FN aux élections de mars 1973 complexifie la mise en place des principes énoncés. Ils sont à 57% des patrons d’industrie et du commerce, des cadres ou professions libérales (contre 11% au PCF à cette date), et 3% d’entre eux sont des ouvriers. Le FN n'a donc pas en interne de quoi fournir des militants syndicaux.

Le manque de militants des classes populaires et l'obsession anti-communiste vont se conjuguer pour bloquer le FN sur le créneau de l'opposition systématique aux mouvements de grève, lui donnant une image réactionnaire antisociale. Lorsque le parti perce sur la scène électorale nationale aux européennes de 1984 (11% des suffrages), seuls 9% des ouvriers ont voté pour lui contre 21% des commerçants et artisans.

Mathématiques souterraines

Cahin-caha, le FN va tenter de s'implanter dans le monde du travail selon les évolutions des données d'études électorales. En 1985 est mise en place la structure Entreprise Moderne et Liberté en direction des "petits patrons". Même ici c'est la politique des petits pas : l'EML n’utilise le logo frontiste qu’à partir de 1988 et, comme l'essentiel des structures parafrontistes, est surtout une coquille vide. La première tentative de création d’une section d’entreprise ne se situe qu’en 1987.

Cependant, en 1995, 30% des ouvriers, 25% des chômeurs et 18% des employés ont voté pour Jean-Marie Le Pen à l'élection présidentielle. Conséquemment, sous la haute main de Bruno Mégret, le parti prend un virage social et tente une nouvelle approche du monde syndical. Au nom de cette évolution sociologique, Roland Gaucher (vieux cadre du parti et ancien de la Collaboration) en appelle à une toute nouvelle politique... c'est-à-dire la pénétration de FO et de la CFTC. Bruno Mégret va tracter à la sortie d'une usine.

L'OPA échoue

Le "Mouvement pour une éducation nationale" tente de pénétrer les syndicats d’enseignants et de parents d’élèves. Le "Renouveau étudiant" tente de s'implanter dans les campus, mais pour cela accorde son étiquette et son matériel à tous les groupes étudiants, quitte à ce qu'ils soient très excessivement radicaux... Outre la création de syndicats frontistes, une tentative de pénétration est enfin réalisée dans la CFTC, trente ans après l'avoir théorisée.

Néanmoins, la méconnaissance de ce terrain est telle que l'offensive ne supporte pas la contre-attaque des syndicats : les listes syndicales frontistes pour les élections professionnelles, les dépôts des statuts des syndicats, sont juridiquement si mal ficelés qu’un déluge d’interdictions s'abat.

Au bout du compte, la tentative proclamée d'une OPA sur le monde des travailleurs n'a pas d'effet sur le paysage syndical et n'est un succès qu'en tant que campagne interne de Bruno Mégret au sein du parti. A l'époque, pour nombre de cadres, c'est bien là l'essentiel. Près de dix ans après, le FN, autour de Marine Le Pen, allait une seconde fois rompre avec le libéralisme.

Le zéro et l'infini

Les deux dernières présidentielles ont vu le FN passer d'un résultat inespéré (la qualification au second tour en 2002 avec 17% des voix) à un score médiocre (les 10% obtenus en 2007). Les ouvriers constituèrent la catégorie sociale où Jean-Marie Le Pen résistait le mieux (y passant de 23% à 16%). Face à la promesse sarkozyste de "travailler plus pour gagner plus", Jean-Marie Le Pen décrochait franchement chez les travailleurs indépendants (de 22% en 2002 à 9% en 2007) et endurait une chute chez les chômeurs (de 20% en 2002 à 11% en 2007).

Qu'en est-il du "nouveau" Front national, celui de Marine Le Pen ? Au niveau structurel, pour l'instant, seul a été mis en place un Cercle national de défense des travailleurs syndiqués… en charge de combattre l’action subversive des syndicats. Est-ce à dire que le FN n'aurait pas tenu compte des fautes tactiques commises durant toutes ces années ?

En fait, Marine Le Pen s'adresse  au monde du travail en passant par-dessus l'univers syndical. Car si la France est de longue date un pays avec une faible tradition d'encartement syndical où les syndicats peuvent néanmoins encadrer de puissants mouvements sociaux, la dérégulation du marché du travail nourrit le parti national-populiste.

L’équarrissage des classes moyennes, le remplacement des contrats à durée indéterminée par une normalisation du travail précaire et le nomadisme contraint des actifs, empêchent tout à la fois la syndicalisation des travailleurs (pourquoi se syndiquer quand on est que de passage dans une entreprise ?) et nourrissent un désir de politique volontariste et autoritaire dont le Front National est le réceptacle.

S'adresser aux jeunes et aux femmes

Les effets peuvent se conjuguer : les jeunes sont à la fois moins marqués par "les tabous de l'Histoire" et nettement plus soumis à la précarité (en 2003 dans le secteur public 40% des moins de 29 ans étaient contractuels contre 14% de l'ensemble des travailleurs du public ; en 2009, 46% des moins de 25 ans étaient en emploi temporaire et 22% au chômage).

Au sein du FN, les marinistes ont souligné que le choix d'une femme permettrait de mieux s'adresser à une partie féminine de l'électorat assez rétive au vote FN jusque là (14% en 2002 et 9% en 2007). Il s'avère aussi que les femmes représentent 85% des temps partiels dans le tertiaire et 75% dans l'industrie. L'électorat populaire féminin offre probablement aujourd'hui des possibilités non négligeables de progression du vote FN – entre autres catégories.

Autrement dit, les appels conjoints à l'endiguement du vote FN et à la poursuite de la déstructuration du marché du travail, tels que prodigués par divers libéraux, s'annulent l'un l'autre, voire relèvent de la publicité involontaire pour le parti lepéniste. Étant donné l'état social de la France, ceux qui souhaitent répondre au FN  ne peuvent pas non plus se contenter de l'argumentaire "antifasciste", mais doivent d'abord faire l'effort de l'analyse et de la déconstruction de son programme socio-économique (ce que pour l'instant, face à Marine Le Pen, quasiment seule la journaliste Anne-Sophie Lapix a entrepris et réussi). 

Il serait certes déraisonnable de pronostiquer quelque résultat que ce soit pour les présidentielles 2012. En revanche, à l'observation comparée des évolutions de la sociologie du travail et de la sociologie électorale, à la réflexion quant à l'évolution socio-économique en cours, il est rationnel d'envisager que l'histoire du lepénisme puisse être devant nous.

Nicolas Lebourg

Nicolas Lebourg, chercheur, spécialiste de l'extrême droite
Par Nicolas Lebourg, chercheur, spécialiste de l'extrême droite
Source: Danactu Résistance

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".