Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 19:28

A l'heure où le salariat de type "commun" vit une attaque en règle venant du patronat, il serait bon que le salariat carcéral ne soit pas oublié parcequ'ici aussi le grand capital se goinfre et use de la détresse sociale d'une population pénale livrée aux loups du profit.

Pour l'UPAC, Kyosen.

Sans contrat ni salaire décent, le travail en prison vise-t-il vraiment la réinsertion des détenus ? Reportage.

Source: Rue 89.

  

S'il ne fallait pas traverser plusieurs sas de sécurité et un détecteur de métaux avant de pénétrer dans les ateliers, rien ne distinguerait cette aire de travail du centre de détention de Melun d'une quelconque usine.

Il y a d'abord le hall qui abrite les ateliers de l'imprimerie administrative. Derrière leurs machines, les détenus vêtus de bleu travaillent sans mot dire dans un formidable vacarme de machines et de magnétos.

« On décompose le travail au maximum », explique Alain Hochet, responsable de l'atelier. « De la fabrication jusqu'à la livraison, on couvre tous les besoins de la chaîne graphique. »

 


Vue de la prison de Melun (Zineb Dryef/Rue89).

On conduit les machines offset, on détaille les grandes feuilles imprimées, on numérote, on découpe, on maquette, on procède à l'encrage, on coud, on emballe et on orne même à la main. Au fond, isolés dans des pièces fermées, certains accomplissent des gestes semblant d'une grande précision.

Le responsable est fier de l'atelier de reliure d'art. Derrière son bureau, un détenu s'applique à nettoyer des jaquettes en cuir commandées par un ministère. Lui aussi semble fier. « On a restauré un livre de 1576 », dit-il. Une commande privée.

Les 105 détenus qui travaillent dans cet atelier sont employés par la Régie industrielle des établissements pénitentiaires, la RIEP. 80% de leur production est vendue au service public, notamment au ministère de la Justice. Les détenus fabriquent ainsi la majorité des documents judiciaires.

« Pas de problèmes de sécurité, les scies sont sous clé »

Plus loin, c'est l'atelier de métallurgie, un peu sur le déclin. Une trentaine de personne travaille ici, surtout pour le privé. Là, un jeune homme s'active sur un lit dont les pieds se fixent au sol. C'est une commande de la préfecture de police : 59 lits pour le centre de rétention de Vincennes. Plus loin, des armoires à fusils à destination de la prison de Melun sont prêtes à livrer. Mais il y a aussi un portail de grande taille commandé par un particulier ou des cabines de douche pour la prison.

Et partout, des scies, des barres de métal... « Oh non, il n'y a pas de problèmes de sécurité, rassure Gérard Blot, responsable de l'atelier depuis trente-cinq ans. Tout est contrôlé. Avant le départ des palettes pour les livraisons, on vérifie tout. Et les scies sont sous clé. » (Voir la vidéo)

 

A Melun, on s'enorgueillit d'avoir un taux de travail important. Sur quelque 300 détenus, plus de 200 travaillent. « Non seulement ils travaillent, mais ils sont formés », explique Christophe Comparot, responsable du travail de la prison.

Les privilégiés sont assignés à des tâches qualifiantes. Au sein de l'imprimerie, une pièce abrite ainsi huit détenus travaillant pour l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Après une formation de plusieurs mois, ils sont chargés de restaurer puis de numériser des archives audiovisuelles.

Une sous-traitance que l'INA assume d'autant plus qu'il s'agit d'un programme réfléchi à des fins de réinsertion pour les prisonniers. Et non pour avoir de la main-d'œuvre à très bas prix, principale motivation des clients privés de l'administration pénitenciaire -qui ne souhaitent pas dévoiler leur identité.

Un travail non qualifiant

En 2007, 48 439 personnes ont travaillé en prison. Soit près de 40% de la population carcérale. Il existe trois types de travail :

  • Le service général : payés par l'Administration pénitentiaire, les détenus effectuent des travaux d'entretien, de maintenance dans la prison.
  • La Régie industrielle des établissements pénitentiaire : des ateliers comme à Melun qui produisent pour leur propre compte ou pour des clients extérieurs.
  • Les concessionnaires : on met à disposition de clients privés la main-d'œuvre carcérale.

Marie Crétenot, responsable de la permanence juridique de l'Organisation Internationale des Prisons (OIP), regrette le manque de réflexion sur le rôle du travail en prison :

« Ce que fait l'INA, c'est très bien, les détenus ont de véritables compétences après leur formation. Ce n'est malheureusement pas général. L'essentiel du travail en prison n'est pas qualifiant parce qu'il s'agit de tâches qui n'existent plus à l'extérieur. On ne prépare donc pas du tout le prisonnier à sa sortie. »

Les salaires... trop bas

Les détenus sont payés à l'heure ou au nombre de pièces, la rémunération varie entre 180 et 450 euros par mois. Les mieux lotis sont ceux qui travaillent pour la RIEP. La moyenne des salaires y est de 521 euros, contre 244 euros pour le service général. A Melun, les détenus travaillent cinq heures par jour, cinq fois par semaine.

 


Vue de la prison de Melun (Zineb Dryef/Rue89).

Le salaire minimum horaire est de 3,27 euros
en maison d'arrêt et de 3,54 euros en centre de détention, contre 7,61
euros hors prison.

Dans son rapport 2008, Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation des libertés, souligne la modestie des salaires et la rareté du travail en prison.

Le salaire des prisonniers est divisé en trois parts : une somme disponible pour cantiner, un pécule mis à disposition à la sortie et, le cas échéant, le versement des indemnités des parties civiles (qui peuvent atteindre entre 20 à 40% du salaire sauf s'il est inférieur à 200 euros). Le bulletin de salaire détaille ces différents éléments.  

 

Voir le document

(Fichier PDF)

Le droit du travail inexistant

En prison, le droit du travail ne s'applique pas aux détenus. Un support d'engagement est bien signé entre le détenu et l'administration pénitentiaire mais il s'agit pas d'un contrat de travail. Les détenus n'ont pas le statut juridique de salarié. Ils ne disposent pas de compensations en cas de maladie, d'accident du travail ou de licenciement. Il n'est pas question de congés payés, de droit syndical ni d'assurance chômage.

Un rapport de l'Institut Montaigne intitulé « Rendre la prison utile » plaide pour le travail obligatoire (comme dans de nombreux pays européens) et pour la signature d'un contrat entre le prisonnier et l'employeur relevant du droit administratif.

Ceci afin de faire du travail un véritable outil de réinsertion et non plus seulement un moyen d'occuper les prisonniers et de maintenir l'ordre dans les prisons.

La loi pénitentiaire de 2009 prévoit la mise en place d'un « acte d'engagement » mais refuse les dispositions qui existent ailleurs en Europe craignant que des avantages au profit des détenus (congés payés, rémunération au niveau du SMIC, droits à indemnisation en cas de rupture du contrat ou encore des droits collectifs) résultent des charges financières dissuasives pour les entreprises privées. Celles-là même qui proposent les tâches les moins qualifiantes et les moins bien payées aux détenus.

Photos : vues extérieures du CD de Melun.

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".