Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 07:49

Qu’est-ce que “ le fétichisme de la marchandise ” ?

L’analyse de la marchandise est le point de départ choisi par Marx dans Le Capital (1867) pour critiquer radicalement – à la racine – la société capitaliste. La marchandise n’est pas un simple objet, elle n’est pas non plus anhistorique, elle est propre au capitalisme. Marx analyse d’abord son double caractère, la valeur d’usage et la valeur d’échange. Il décrit ensuite le double caractère du travail, celui utile et celui abstrait qui est la substance même de la marchandise. Puis vient la forme de la valeur et enfin le caractère fétiche de la marchandise et son secret. J. Bidet [1] explique que le marché chez Marx est « une division du travail selon laquelle les travaux des uns permutent contre ceux des autres » et « apparaît aux acteurs concernés comme un système naturel et spontané de permutation entre des choses qui s’échangent entre elles en fonction de leur valeur, sans qu’ils aient prises sur lui ».

Ainsi comme l’analyse clairement Anselm Jappe [2], « dans la société moderne, capitaliste et industrielle, presque toute activité sociale prend la forme d’une marchandise (…) La marchandise est déterminée par le temps de travail nécessaire à sa production. » C’est la quantité de travail qui y est incorporée qui décide de son sort, et non ses qualités concrètes. « Les produits de l’homme commencent ainsi à mener une vie autonome, régis par les lois de l’argent et de son accumulation en capital ».

Du coup le fétichisme est à prendre à la lettre. Selon A. Jappe, les hommes modernes vénèrent ce qu’ils ont produit eux-mêmes, en attribuant aux marchandises une vie indépendante et le pouvoir de les gouverner à leur tour. C’est le mode de fonctionnement réel de la société marchande. « En tant que marchandises, tous les objets et tous les actes sont égaux. Ils ne sont rien d’autre que des quantités plus ou moins grandes de travail accumulé, et donc d’argent. C’est le Marché qui exécute cette homologation, au-delà des intentions subjectives des acteurs. » Marx critiquait d’ailleurs l’économie politique comme donnant un caractère naturel à ce qui ne l’est pas, et ironisait sur ce caractère « mystique ». La logique de la marchandise jette ainsi un « voile brumeux » sur les relations réelles, c’est-à-dire les relations sociales entre les individus.

[1] Jacques Bidet, « Paradoxes marxiens de la Marchandise », Actuel Marx, n°34, 2003

[2] Anselm Jappe, « Est-ce qu’il y a un art après la fin de l’art ? », palim-psao.over-blog.fr, 2009

 

Source: Alternative Libertaire

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".