Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 12:11

Le 25 novembre 1911, il y a cent ans, se suicidaient Paul Lafargue et son épouse Laura, fille de Karl Marx, alors un des couples les plus célèbres du socialisme européen. Mais qui était vraiment Paul Lafargue ? Cet anniversaire permet de le (re)découvrir et, avec lui, tout un pan de l’histoire du socialisme.

Téléchargez la synthèse : synthese (pdf - 168,05 ko)

Synthèse

L’histoire du monde fut toujours écrite par les vainqueurs et l’histoire des idées n’échappe pas à cette règle. Le déclin rapide du guesdisme, comme courant de la SFIO naissante, explique probablement la discrète postérité de Paul Lafargue. Pourtant, alors que nous commémorons le centenaire de sa mort, redécouvrir ce grand homme du socialisme européen de la Belle Epoque c’est aussi redécouvrir le socialisme de cette époque, les courants qui le traversaient et les hommes qui en étaient les acteurs.
Né en 1842 à Santiago de Cuba, Lafargue gardera de son enfance une fibre internationale et une aisance linguistique qui le serviront par la suite. Après avoir fait ses études de médecine en France, farouche opposant au Second Empire il fut contraint de s’exiler à Londres. Il y fit la connaissance de Karl Marx dont il épousa non seulement les idées mais aussi la fille.

De retour en France au moment de la guerre de 1870, il doit quitter Bordeaux pour l’Espagne avec la répression des communards et de leurs soutiens en 1871. De cet exil forcé il fit une mission, promouvoir et implanter le marxisme dans les masses ouvrières espagnoles, plus traditionnellement sensibles aux thèses anarchistes.
Constatant son échec, il retournera mener ce combat en France dix ans plus tard, avec pour objectif la création d’un véritable Parti socialiste d’inspiration marxiste.
Partisan du courant fondé par Jules Guesde, Lafargue portera durant les années 1890-1905 un socialisme intransigeant inspiré des sociaux-démocrates allemands et qui n’hésitera pas à égratigner ses camarades, et surtout Jean Jaurès, lorsque ceux-ci s’éloigneront de la ligne idéologique qu’il défend.
Acteur de la vie politique française, il cherchera à rapprocher les thèses complexes de Marx des ouvriers, en vulgarisant le marxisme et en créant un corpus d’éléments de langage qui formeront la base du lexique de la « lutte des classes ». Il martela alors ces écrits, inlassablement, dans L’Humanité et les autres journaux de même obédience.
Néanmoins, Lafargue ne fut jamais sectaire, il sut faire exception à ses principes les plus stricts pour appeler ses camarades à soutenir Dreyfus. De même, il s’engagea dans le processus qui mènera à l’union des socialistes avec la création de la SFIO en 1905. Mais la marginalisation du guesdisme et l’orientation du parti l’éloigneront de la scène politique jusqu’à son suicide le 25 novembre 1911, en même temps que sa femme.
Longtemps Lafargue fut un oublié du combat socialiste. Il faudra attendre les années 1930 avant que le Parti communiste ne le redécouvre et c’est par les Etats-Unis, et notamment un ouvrage de Leslie Derfler de 1991, que Lafargue redeviendra un objet d’histoire pour les historiens du socialisme.
Marié à la fille de Marx, proche d’Engels, tantôt révolutionnaire, tantôt parlementaire, l’histoire de Lafargue est en peu celle du socialisme. En nous réappropriant ses correspondances et ses écrits, c’est une certaine tradition de la gauche française que l’on redécouvre et qui, dans le contexte des échéances à venir, fait écho à des réalités qui traversent la famille socialiste aujourd’hui.

Source: Fondation Jean Jaurès

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans culture
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".