Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 12:29

«On a aidé l'automobile, on a aidé les banques. Moi, j'ai bossé 41 ans, et voilà que je me retrouve avec 400 euros par mois.» Marie est en colère. Cette secrétaire de 58 ans travaille depuis qu'elle a 17 ans.«En 2005, l'imprimerie où je travaillais a fermé. La restructuration a entraîné la suppression d'une dizaine de sites en France.» Par la suite, Marie a enchaîné les CDD. «Quand vous avez passé 55 ans, il faut s'accrocher car on ne vous fait pas de cadeaux, mais j'y suis arrivée»,dit-elle avec fierté.

Pourtant, depuis mars 2010, Marie n'a plus rien retrouvé. «A 57 ans, il faut croire que les entreprises ne voulaient plus de moi.» Avec ses 41 ans de cotisation, elle pensait partir sans problème à 60 ans. Mais la réforme des retraites est passée par là: Marie ne pourra pas faire valoir ses droits à la retraite avant ses 61 ans. Elle s'était un peu consolée en se disant que, d'ici là, elle pourrait au moins toucher l'allocation équivalent-retraite, une dotation de 1000 euros réservée aux chômeurs qui, comme elle, ont validé tous les trimestres nécessaires. Mais le 1er janvier 2011, l'AER a été supprimée. Marie vit désormais de l'allocation spécifique de solidarité, minimum réservé aux chômeurs en fin de droits: 460 euros les mois pairs et 471 les mois impairs. «Une injustice de plus», commente Marie.

Comme elle, plusieurs dizaines de milliers de chômeurs «seniors» se retrouvent dans l'impasse. Selon l'Unedic, plus de 50.000 personnes ont touché l'allocation équivalent-retraite en 2010, avant sa suppression. En septembre 2010, François Fillon avait chargé syndicats et patronat de rétablir un dispositif «équivalent», «pérenne pour les travailleurs les plus âgés».Mais les partenaires sociaux, qui gèrent l'assurance-chomage, n'avaient pas prévu de la financer, estimant que c'était à l'Etat de gérer les conséquences de sa réforme des retraites. Résultat: après plusieurs mois d'attente, le gouvernement vient d'annoncer une allocation transitoire de solidarité (ATS). Selon le ministère du travail, le décret devrait être publié «incessamment sous peu».

De loin, l'ATS ressemble à l'AER. Son montant est le même. De près, elle n'en est pourtant qu'un pâle ersatz. L'AER est en effet beaucoup plus restrictive. Pour l'obtenir, il faut cumuler bien des conditions, en plus de l'obligation d'avoir validé tous ses trimestres, déjà nécessaire pour obtenir l'AER:

Selon le ministère du travail, 11.000 personnes au total pourront toucher l'ATS d'ici 2014, date d'extinction de ce dispositif temporaire. «C'est un peu moins que l'AER», concède le service de presse. Un doux euphémisme. «A peine 4000 personnes par an alors que plus de 50.000 ont touché l'AER l'an dernier, ça ne répond pas du tout à la situation,s'insurge Eric Aubin, le M. retraites de la CGT. Un paquet de demandeurs d'emplois de moins de 60 ans n'entrent plus dans le dispositif alors qu'ils ont tous leurs trimestres validés! C'est de l'enfumage...»

«C'est un premier pas (...) mais il est très insuffisant et porteur de trop d'injustice sociale», estime le secrétaire national de la CFDT, Laurent Berger.

 

Retour au travail

 

© http://defenseaer.wordpress.com/

 

Tout à sa volonté affichée de ne rien faire pour encourager l'inactivité des seniors, le gouvernement laisse en effet sur le carreau des dizaines de milliers de moins de 60 ans, forcés d'attendre la retraite après une carrière complète avec les minima sociaux pour seules ressources. «La nouvelle allocation est loin de répondre à la problématique des seniors âgés de 58 à 60 ans qui se verront exclus du dispositif, déplore Monique Manca, présidente de l'association de défense contre la suppression de l'AER. C'est pourtant cette population-là qui va se trouver en grande précarité, parce que la réforme des retraites les touche de plein fouet. A 58 ans, certains bassins d'emploi, dont celui de Montbéliard où je réside, sont incapables de replacer les gens dans le milieu du travail.»

Mediapart a interrogé certaines de ces victimes peu entendues de la réforme des retraites. Isolés, ils s'entraident depuis des mois sur Internet et tentent d'alerter gouvernement, élus et médias. «Le gouvernement fait croire qu'il a rétabli l'AER, c'est dégueulasse», estime Maryse Mogenier. Cette habitante de Noisy-le-Grand âgée de 59 ans a connu plusieurs licenciements économiques. Elle est au chômage depuis 2008.«Et pourtant, j'en ai fait des sacrifices: pour le dernier boulot, j'avais même accepté de baisser mon salaire de 40%! Mais passé 55 ans, faut pas se leurrer, on ne veut plus de vous.» Depuis un mois, Maryse est en fin de droits. Réforme des retraites et suppression de l'AER oblige, elle ne pourra faire valoir ses droits à la retraite qu'à 60 ans et 4 mois, en mai 2012. D'ici là, elle n'aura pour seules ressources que les fameux 460 euros de l'ASS. «Je vais emprunter de l'argent à ma fille. Et encore j'ai de la chance: si j'étais née quelques jours plus tard, début 1952, j'aurais dû attendre quatre mois de plus!»

René Némoz, lui aussi, est très remonté. Intérimaire dans le bâtiment, âgé de 58 ans, il se dit «détruit» par une arthrose à l'épaule et au dos. René travaille depuis qu'il a 17 ans. D'intérims en CDD, entrecoupés de longues pauses «pour récupérer», il a épuisé ses droits au chômage. Né en 1953, René ne prendra sa retraite qu'à 61 ans. Et il devra attendre ses 60 ans pour toucher la nouvelle allocation annoncée par le gouvernement. D'ici là, pendant quinze mois, René devra se contenter de 460 euros par mois. «On nous laisse dans l'oubli et la précarité», dit René.

La réforme des retraites de 2010 prévoit bien la retraite à 60 ans pour ceux qui ont exercé un métier pénible, mais comme beaucoup d'autres, René n'a même pas tenté les démarches: la procédure est fastidieuse, et les critères si restrictifs qu'il est persuadé que c'est perdu d'avance.

D'autres se retrouvent même sans aucun revenu, car leur ménage a des revenus supérieurs aux plafonds de ressources de l'ASS. C'est le cas de Martine, 60 ans, cadre dans l'informatique au chômage depuis deux ans et demi, en fin de droits depuis un mois. «Avec le recul de l'âge légal, je me retrouve sans aucune ressource d'ici à début 2012. Alors bien sûr, j'ai mon mari... mais j'en veux vraiment beaucoup au gouvernement d'avoir renoncé à la suppression de charges sociales pour les entreprises qui emploient des seniors, pourtant prévue dans la réforme des retraites», explique-t-elle. De fait, cette exonération a été remplacée par une aide à l'embauche d'un contrat en alternance, un dispositif peu adapté aux cadres.

Çà et là, d'autres seniors ont eux aussi eu de mauvaises suprises, notamment ces salariés partis en préretraite qui risquent également de se retrouver en fin de droits... ou de devoir revenir travailler quelques mois pour attendre l'âge légal. Comme Joël Doutre: le 14 novembre prochain, ce Charentais, ancien du Crédit mutuel, va reprendre le chemin du bureau. Il était parti en préretraite en mars 2010, à 58 ans, après avoir signé un contrat de départ anticipé. «En théorie, ce contrat devait durer 5 ans: une période de 3 ans à temps plein dans l'entreprise payée 80%, suivi de deux ans à la maison payé au même tarif. Ça devait coïncider pile avec ma retraite pour mes 60 ans, en avril 2011. Mais avec la réforme, je dois travailler huit mois de plus.» Evidemment, Joël, gestionnaire de produits d'épargne, a été remplacé. La DRH lui a trouvé un poste au service documentation: il va scanner des documents en attendant la retraite. Comme lui, une soixantaine des 6000 salariés du Crédit mutuel Arkea (qui regroupe les régions Bretagne, Sud-Ouest et Massif central) sont concernés... «L'entreprise gère au cas par cas», explique-t-il.

Confrontées au même problème, d'autres entreprises comme Sanofi ou Michelin ont accepté de prolonger la prise en charge des préretraites, rapporte La Croix, afin d'éviter à leurs anciens salariés d'avoir à retravailler ou de se retrouver sans ressources.

Le groupe Renault, lui, n'a pas fait ce choix. En 2008, il lançait un grand plan de départ volontaires, prévoyant une indemnité, un congé de reclassement et une prise en charge par l'assurance chômage. Près de 5000 salariés avaient accepté, dont 1300 dans la seule usine de Sandouville (Seine-Maritime). Mais avec le recul de l'âge légal, certains vont se retrouver en fin de droits. La direction de Renault a assuré qu'elle réglerait la question «au cas par cas». «Ils n'ont pas exclu le retour de certains anciens salariés en intérim», explique Fabien Gache, délégué central de la CGT. D'après Nicolas Guermonprez, son collègue CGT de Sandouville, au moins 213 salariés sont concernés. «Certains risquent de se retrouver sans ressources pendant 18 mois. Et ce qui est sûr, c'est que très peu ont l'intention de revenir au boulot.» Les syndicats comptent bien mettre la pression sur l'entreprise pour la forcer à négocier.

Source: Médiapart

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".