Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 12:25

Toute ressemblance ou similitude avec le FN est évidemment ... justifiée.

Pour l'UPAC, Kyosen.

 

 

Travailler plus, pour travailler encore plus !

 

Après avoir réformé le système bancaire, et rendu sa solvabilité à l'Allemagne. Hjalmar Schacht va réorganiser l'économie allemande. Ses mesures liberticides qui peuvent sembler anticapitalistes sont en réalité du pain béni pour les patrons allemands. La baisse du chômage est réel, et les salaires sont versés mais les allemands ont sacrifié leur liberté contre un travail, du pain, et des armes.

De l'hypocrisie socialiste aux aberrations capitalistes

Sans réel consistance économique le parti nazi va trouver avec la crise de beaux arguments qui va très vite convaincre les classes moyennes allemandes terrorisées par le chômage, et la misère : 

 
 
Fini la lutte des classes tous les allemands seront égaux ! 

Fini l'exploitation, et l'esclavage du capitalisme. L'industrie et l'économie seront au service du pays ! 

Fini les taux d'intéret, seul le travail comptera !

Fini les dividendes aux actionnaires !

Fini les logements insalubres, et les sans abris !

Fini les patrons voyous, et les hauts revenus !

Et des rivières de schnaps couleront....

A travers un discours populiste, anti capitaliste, et enorgueillissent la fierté nationale. Hitler, et Schnacht passent presque pour des leaders d'une nouvelle révolution prolétarienne. Leur politique est en réalité tout ce qu'il y a de plus capitaliste, l'un comme l'autre croient que pour tirer le meilleur de l'industrie il faut créer un marché solide et attractif pour les capitaux.

La grande "révolution nationale" promise en 1933 se transforme peu à peu en un système où chaque allemand doit se vouer corps et âme à son entreprise où nation et travail ne font plus qu'un. Un allemand est un travailleur, et un travailleur est forcément allemand.

Tout d'abord la régorganistation des entreprises. Une chambre économique du Reich se crée, la Reichswirtschaftskammer, sa fonction est de regrouper les différentes entreprises en six cartels : industrie, artisanat, commerce, banque, assurances, et énergie. A coté se trouve un commissaire au prix chargé de maitriser l'inflation. Système pyramidale où chaque groupe se divise en sous groupe avec par exemple pour l'industrie : 7 Hauptgruppen pour le minerai, la métallurgie, ... La bureaucratie y est omniprésente, et les décisions importantes sont prises au sommet. Cela crée un véritable casse tête à la base en cas d'importation de produits étrangers, ou renégociation de salaires. Ce système complexe fait le jeu de l'état qui peut dès lors controler des sociétés en leur imposant ses décisions. C'est ainsi que les dividendes des actionnaires sont plafonnées à 6% pendant quelque temps ou que l'industrie lourde est obligé d'acheter du minerais allemand. Ca fait aussi le jeu du patronat qui peut dès lors controler les prix, les salaires, la durée du temps de travail même si ce système kafkaien paralyse certains secteurs comme celui du textile. Le regroupement des secteurs économique en cartel fera de l'économie allemande l'une des plus prospère au monde. La Hermann-Göring Reichswerk regroupera plus de 228 sites sidérurgiques et sera le cartel sidérurgique le plus grand du monde. D'autres tels qu' IG farben pour la chimie, ou Siemens pour l'électronique mangeront également leur part du gateau. Durant la guerre en esclavagisant les prisonniers des camps, et dans les années 30 le peuple allemand.


En effet, la grève est interdite, les syndicats sont interdits, les associations sont interdites, les salaires sont gelés et sont équivalent au minimum chômage, des ersatz remplacent les produits de consommation courantes, le temps de travail augmente. Dès 35 la priorité est donnée à l'armement plutôt qu'aux biens alimentaires. Le rationnement fait son apparition bien avant la guerre. Pour contrôler la masse et donner une apparence d'égalité entre tous les allemands, un syndicat unique est créé sur les bases de l'ancien syndicat nazi NSBO, le "deutsche Arbeitsfront", front allemand du travail.

Ce syndicat se veut l'unification du patronat, des employés, et des ouvriers. Il va en réalité diviser chaque catégorie. Les employés, et ouvriers sont dès 33 massivement adhérents au Arbeitsfront. Le patronat va lui s'abstenir mais un décret de 34 le fait adhérer aux Industriegruppen. Racroché non pas à l'Abeitsfront mais au Reichswirtschaftskammer. Les Industriegruppen sont ensuite fusionnés avec les anciennes corporations pour créer de nouveaux groupes au sein du Reichswirtschaftskammer, les Wirtschaftsgruppen.

Le tout relier par une autre organisation la Vereinbarung.

Vous suivez ? Non ? Et bien eux non plus à l'époque.

Pour résumer on a une organisation syndicale des ouvriers, et des employés quasiment sans pouvoir, la Arbeistfront rattaché à son sommet à ce qu'on appelle la Arbeistkammer (chambre de travail).

Et puis vous avez une organisation patronale la Wirtschaftgruppe rattachée non pas à l'Arbeistkammer (ça aurait trop simple) mais à la chambre économique du Reich, la Reichswirtschaftskammer. Mais bien que rattaché à la chambre, elle ne traite que des questions d'ordre professionnel type contrat de travail, les questions d'ordres commerciales types salariale, ou prix restent à la main des cartels.

La Vereinbarung devant faire la liaison entre les deux organisations pour faire illusion d'équité.

Rajouter à cela la loi d'organisation du travail du 24 Janvier 1934, la Arbeitsordnungsgesetz. Découlant du Führerprinzip énoncant que tout chef d'entreprise est un führer en son entreprise, et interdisant le droit de grève. Et vous obtenez une mascarade d'organisation syndicale où ouvriers comme employés n'ont aucun pouvoir.

Les grands discours anti-capitaliste de 1933 débouchent donc sur un système complexe où l'employé ne peut rien en cas de conflit, le patronat bien que ralentit par la complexité du système peut compter sur une main d'oeuvre bon marché, et servile. 

Pourquoi servile ? Parce que les lois sur le travail sont modifiées, et peu à peu les allemands voient leur liberté leur échapper. 

L'Arbeitsbuch est un livret de travail fourni aux allemands ayant fait la preuve de leur aryennité nécessaire pour postuler à un emploi. Donné seulement aux vrais allemands il a deux usages. Un il empêche tout étranger ou juif de travailler dans une entreprise allemande, et de deux elle oblige le travailleur allemand à se rattacher jusqu'à nouvel ordre à son entreprise. Une vraie politique liberticide empêchant les allemands de changer de poste, ou d'en refuser un.

De plus suite à la politique de l'Arbeitsscheu, "fainiant", l'office pour l'emploi considère que toutes les personnes aptes au travail refusant deux postes ou démissionnant deux fois sont qualifiés de "rétif au travail". La punition est les travaux forcés dans les camps. 

Ceux qui vivent de larcins, ou ceux qui dorment dans la rue sont arrêtés et forcer au travail dans les camps. Les mendiants, et la petite délinquance sont mis en esclavage. C'est dans toute l'absurdité de ce sytème que Reinhard Heydrich, chargé de la sécurité intérieure à cette époque, dicte même les quotas de ses arrestation en fonction des besoins de l'industrie.

De plus en plus sécurité, et le travail s'entremêlent, la répression par la loi, et les camps maintiennent l'ordre, les patrons n'aimant pas les troubles. En effet une grève coute en production, et en argent, ... C'est donc tout naturellement que certains services rattachés au ministère du travail passe au ministère de l'intérieur.

Le Reichsarbeitsdienst, ou service obligatoire du travail va s'adresser aux allemands, et aux allemandes de 18 à 25 ans. Service civil qui consiste à travailler six mois gratuitement ou contre une très faible rémunération dans des politiques de grands travaux comme la ligne Westwall. Avant 1939, les hommes sont envoyés pour des travaux autoroutiers ou agricoles, tandis que les femmes doivent accepter de travailler gratuitement dans une famille pour effectuer leur service des ménagères. A partir de septembre 1939 les femmes auront le droit d'effectuer des taches agricoles, et sanitaires. L'accès aux études supérieures est empêché si les jeunes allemands n'ont pas effectué leur service du travail obligatore.

L'Organisation Todt est l'un des exemples de ces cartels semi-étatiques bénéficiant le plus de cette main d'oeuvre forcé par la loi, et peu cher. Elle crée des ouvrages de génie civile et militaire. Les autoroutes allemandes c'est eux, les barrages c'est eux, les bases sous marines c'est encore eux, et le mur de l'atlantide c'est toujours eux. Pour créer toutes ces structures l'organisation se sert d'abord du Service du Travail Obligatoire des jeunes allemands. Le projet Autobahn réalise ainsi 3000 km d'autoroute jusqu'en 1938. Puis durant la guerre, ils vont se servir de leur expérience du STO pour enroler tous les allemands quelque soit leur âge, tous les hommes valides des pays conquis, et tous les prisonniers de guerre. 

Véritable pilier du nazisme, l'organisation Todt porte son nom de l'ingénieur Fritz Todt. Ce que Schacht est à l'économie, Todt l'est à la construction. Il meurt en 1942 dans un accident d'avion après une rencontre avec Hitler à son QG "la tanière du loup". QG qu'il a également construit. On retrouvera le nom d'Albert Speer à la tête de l'organisation par la suite.

 

Il est impossible de finir sur l'économie nazi. Sans prendre en compte les mesures xénophobes, et antisémites.

Il faut consommer du made in Deutsch !

Dès 33, le régime organise des boycotts de magazins juifs et de tous les produits étrangers. En effet, les produits anglais, et américains sont considérés comme faisant parti du grand système judéo-bolchévique. La réponse ne se fera pas attendre et les anglo-saxons boycotteront à leur tour les produits allemands. Comme on l'a vu les allemands ont un besoin vital du commerce extérieur. Cette posture trop radicale va être vite abandonnée. Et par la suite, même la nuit de Cristal sera fermement condamnée, et très controversée par les dirigeants nazis. L'explication ne se trouve pas dans une compassion subite mais dans le fait qu'elle détériore l'image du Reich à l'étranger.

 Il y a donc une illusion à conserver par le régime. Les juifs ne seront pas envoyés dans les camps mais forcés à émigrer. On constate qu'entre 1933 et 1938, les seules associations autorisées sont celles qui favorisent l'émigration juive en Palestine. Un office de l'émigration juive est également créée. Vicieusement les nazis utilisent la loi pour pousser hors du territoire les juifs allemands, et passent des accords avec la Grande-Bretagne, et les partis sionistes pour les faire s'installer en Palestine.

Ceci est un des grand tabou de notre histoire.

Par une suite d'intérets convergents juifs de palestines, anglais, et nazis vont s'entendre. Les juifs de Palestine sont motivés par une pensée sioniste, ils ont besoin d'une population importante pour recréer un état d'Israël et contre-balancer les palestiniens. L'Angleterre accepte car ses relations avec l'Allemagne se sont réchauffées vers 35 et surtout vend des visas à très bon prix à l'Office de l'émigration juive. Quant aux raisons de l'Allemagne elles sont évidentes.

C'est tout un système qui va se mettre en place pour faire émigrer les juifs allemands où chacun profitera de cette population fragilisée. Pour émigrer il est demandé aux juifs allemands d'acheter leurs visas, et surtout de disposer d'une somme de 5000$. Somme énorme pour l'époque ils ne l'obtiennent qu'en vendant leurs biens. Et pour les plus riches, une loi est votée les obligeant à tout vendre avant d'émigrer. On crée une banque en Allemagne permettant la vente des biens et le transfert de l'argent en Palestine. Une commission est retenue par les allemands mais également à l'arrivée par les partis juifs palestiniens. Cet argent étant nécessaire pour la reconstruction de l'état d'Israël. Ce sont plus de 250 000 juifs allemands, la moitié de la population juive du pays qui émigrera en Palestine. Et lorsque la guerre débutera les nazis garderont une bonne partie de cet argent.

Les logements inoccupés, et les emplois libérés par ces mesures anti-sémites et xénophobes reviennent ensuite aux allemands. Avant d'être des meurtriers, les nazis sont des voleurs.

La logique du "droit du sang", d'une reprise en main par un "Etat Fort", et les discours mielleux anticapitaliste poussent les allemands vers le crime et la guerre. Effectivement manipulés par des médias incompétents, et contrôlés par l'état ; il n'en reste pas moins que le grand mot qui qualifie le peuple allemand des années trente est : INDIFFERENCE. Et c'est le pasteur Martin Niemöller qui décrira le mieux cette situation :

Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n'étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n'étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

 

Mars 2011 - Une loi est votée en france contre le port du voile intégrale. Le nombre de femmes portant ce voile est d'un millier en France. Cette loi est considérée comme la meilleure de l'année 2011 selon un sondage.

Juillet 2011 - Un extrêmiste du nom de Breivik assassine 77 personnes en Norvège. Il se réclame d'une organisation européenne d'extrême droite. Les psychiatres le considèrent comme fou.

Septembre 2011 - Un tram est réquisitionné par la police pour l'expulsion d'une centaine de roumains. Ce type de réquisition ne s'était pas produit depuis la seconde guerre mondiale.

Octobre 2011 - Une cellule néo-nazie est découverte en Allemagne. Une dizaine d'immigrés Turcs et Grecs ont été tués par cette cellule entre 2000 et 2006. La chancelière allemande dit sa surprise.

Novembre 2011 - L'Angleterre oblige les chômeurs à travailler gratuitement pour toucher leurs allocations.

Décembre 2011 - Les candidats à la présidentielle française proclament à l'unisson qu'il faut acheter "Made in France".

Décembre 2011 - Tuerie en Italie. Des marchands ambulants sénégalais sont assassinés par un extrêmiste. Il se suicide.

Décembre 2011 - La Hongrie expérimente le travail obligatoire pour les bénificiaires de l'aide sociale. La population la plus visée est celle des Roms. Les Hongrois félicitent cette mesure.

 

Sources :

Herodote.net

Nazisme au fil des jours

Hjalmar Schacht, financier et diplomate (1930-1950)

Les apparences de la prospérité

La physionomie du III°Reich à la fin de 1935

L'organisation de l'économie allemande

Partager cet article
Repost0

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".