Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 17:28

 introduction à la géographie marxiste

 

Cette brochure est l’occasion de partager les outils fournis un courant de la géographie critique qui se fait de nouveau entendre. Nous avons effectué des coupes, les articles sont disponibles dans leur intégralité sur internet. Ces travaux nous invitent à reconsidérer les rapports de classes : illusion de la disparition des classes ouvrières dans les pays « dominants », essor d’une classe ouvrière industrielle dans les pays « dominés » et émergents, apparition d’une nouvelle classe intermédiaire (la petite bourgeoisie intellectuelle), dissimulation des conflits de classes grâce à une approche raciste. Cette recomposition des rapports de classes n’est pas nouvelle, elle est ici mise à jour de façon explicite. Un certain vocabulaire présent dans les textes, tel que « répartition des richesses », « égalité », « autogestion », etc. mériterait d’être clairement défini. Ce langage révèle des positions citoyennistes et réformistes qui ne nous satisfont pas. « Répartition des richesses » ? Quelles richesses ? Par qui ? Pour qui ? « Autogestion » ? De quoi ? De notre misère, du monde fantastique dans lequel nous vivons ? La notion de droit nous pose également problème, nous ne pouvons la faire nôtre. Elle sous-entend une autorité garante de ce droit, ce qui est en contradiction avec la volonté d’abolir les dominations. Plutôt que « droit à la ville », nous disons : prendre la ville. La question des moyens de s’approprier la ville est à peine évoquée. Jean-Pierre Garnier pose la question inéluctable de la violence. Violence par laquelle le capitalisme étend et protège sa domination. Violence par laquelle nous prendrons la ville ? Si nous voulons détruire le capitalisme et toutes les dominations, il nous faut détruire les moyens de leur re-production. Il est impossible de s’approprier la ville telle qu’elle est, conçue pour re-produire le capital et les dominations. Pour enrayer les comportements induits par l’espace capitaliste, sa destruction est nécessaire. Ce qui nous a paru pertinent, c’est de montrer que l’aménagement du territoire et de l’urbanisation sont des éléments moteurs du capitalisme. Cet aménagement du territoire n’est pas une conséquence du capitalisme mais bien une condition de sa re-production, le capitalisme est en soi une logique spatiale. Et ce n’est pas un hasard si de nombreuses luttes concernent des territoires et leurs aménagements (la métropolisation), au Val de Susa et à Notre-Dame-Des-Landes par exemple. Se battre contre cet aménagement que nous subissons au quotidien, c’est donc se battre directement contre le capitalisme et sa re-production. Ainsi des luttes dont les enjeux pourraient paraître locaux, portent une critique en acte bien plus vaste. Et les cibles ne manquent pas. Partout les villes sont en chantier. Entre les métropoles, les territoires sont éventrés par la circulation des flux (marchandises, travailleurs, capitaux,...). De par son hégémonie et son omniprésence, le capitalisme nous offre une infinité d’angles d’attaque. Tant que ces analyses restent dans le champ universitaire et théorique, elles ne transforment pas le réel dans une optique révolutionnaire, voire même elles servent à la re-production du système. Emparons-nous de ces analyses pour « prendre la ville ».

sommaire :
- capitalisme et urbanisation, David Harvey
- David Harvey et le matérialisme historico-géographique, Anne Clerval
- La lutte des classes dans l’espace urbain, interview de Anne Clerval
- Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique "radicale" de l’urbain, Jean-Pierre Garnier

téléchargeable sur http://basseintensite.internetdown.org

 

Source: Indymédia Grenoble

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".