Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 18:44

 

«Le système nous veut triste et il faut arriver à être joyeux pour lui résister.» Le simple rappel de cette phrase du philosophe Gilles Deleuze donne l'intention de Christian Rouaud, réalisateur de Tous au Larzac (qui sort ce mercredi 23 novembre en salles).

Mediapart vous propose six extraits dans une page spéciale- cliquez ici ou sur l'image ci-dessous:

En préambule donc, soutenons que si Tous au Larzac raconte une vieille histoire de ceux qui avaient 20 ans il y a quarante ans, c'est aussi le récit d'un jouissif combat qui peut encore servir.

Explication en 1min 04 de Christian Rouaud.

 

La légalité, la légimité, la démocratie... Les indignés de Madrid et leur interminables assemblées décisionnaires ne sont pas loin.

Mais «en fait cette histoire, c'est un vrai western!». Quand Christian Rouaud lâche ce qui semblerait être une blague, on comprend qu'il faut le prendre au pied de la lettre. Et qu'il a tenu à ce que dans son Tous au Larzac, s'y retrouvent les invariants du genre: des paysages (de lents travellings sur les montagnes et sur les herbes du

La terre des Causses, far west très français La terre des Causses, far west très français
Causse), deux clans face à face (militaires contre indigènes – et leurs amis), des troupeaux (de moutons), des hors-la-loi (interdits de voter le 10 mai 1981 en raison de la suppression de leurs droits civiques) et, en toile de fond, le rêve d'un monde que certains veulent nouveau, d'autres l'espérant simplement meilleur.

Autrement dit, Tous au Larzac est le combat d'irréductibles paysans (rejoints par d'utopistes citadins) qui, durant dix ans, entre 1971 et 1981, s'opposèrent à l'Etat pour empêcher l'extension d'un camp militaire. Une histoire dont Christian Rouaud fait ici, en 3 minutes, la parfaite synthèse.

 

Ces dix ans sont racontés en 118 minutes par neuf protagonistes. Et l'on devine le formidable travail d'entretiens et de montage qui fut mené, à la manière dont les récits se mêlent et se complètent sans que jamais une voix off ait besoin d'intervenir pour donner des béquilles au récit.

S'y croisent donc:

– Léon Maillé, vrai paysan «pur porc», «trop flemmard» pour avoir son BEPC, qui a vu «en 1970-71, le Larzac (lui) tombe(r) dessus!» «Avant j'étais normal, précise-t-il, je votais à droite et j'allais à la messe. Ça a changé depuis!»;

– Marizette Tarlier, veuve de Guy, ancien militaire, venus tous deux en pionniers sur le Causse en 1965. Guy sera un meneur et Marizette, 77 ans aujourd'hui, la séduisante mémoire de tous les combats;

– Pierre et Christiane Burguière, deux éternels amoureux dont la ferme sera l'un des pivots de la lutte, un couple de paysans chrétiens ayant vécu 68 le fusil chargé sur l'armoire et vivant sur le Larzac leur première grève de la faim;

– Michel Courtin, étonnant immigré de Saint-Trop' installé là en 1964, à l'émotion toujours intacte;

– Pierre Bonnefous, le curé du coin, véritable agent de liaison connaissant l'attachement du paysan à sa terre «un peu comme les Kanaks ou les Indiens»;

– et aussi José Bové, qui fit de la terre où il débarqua en 1973 le tremplin pour retomber au Parlement européen;

– Christian Roqueirol, l'objecteur de conscience définitivement installé depuis sur le Plateau; 

– Michèle Vincent, la figure du Comité Larzac Paris qui, chaque semaine, organisait l'extension du domaine de la lutte depuis la fac de Jussieu.  

Ce qu'il y a de beau ici, c'est cette alchimie des histoires. Cette magie qui permit à ces hommes et femmes (paysans de souche, paysans pionniers, paysans citadins) de rester ensemble. Et il y a aussi cette évidence. La conscience politique s'est forgée dans l'action.

 

Des chrétiens avant d'être des révolutionnaires

Pas de doctrine ni d'idéologie au préambule de cette lutte qui durera dix ans. Tous les militants qui s'y sont agrégés (pacifistes, gauchistes, maoïstes, objecteurs...) ont dû composer avec le pragmatisme, voire la crédulité, des premiers résistants.

Au Larzac tout comme chez les Lip (dont Christian Rouaud a reconstitué le combat dans le documentaire multiprimé Les Lip, l'imagination au pouvoir) ou chez Bernard Lambert (dont il fit aussi le portrait au travers du documentaire plus confidentiel Paysan et rebelle, un portrait de Bernard Lambert – les Paysans travailleurs fut le mouvement précurseur de la confédération paysanne de José Bové), la révolution n'emprunte pas forcément la voie de ceux qui voudraient après coup en porter l'étendard.

 


Surprenante aussi est la parole des femmes. Dans Tous au Larzac comme dans Les Lip, elles sont de véritables voix dans les récits, comme autant de moments des combats féministes: porteuses de valises de montres dans le Doubs ou bloqueuses de convois militaires sur les Causses, à l'égal des hommes, elles ont su affirmer une place et la conserver encore aujourd'hui dans la mémoire de ces luttes. Même si, de l'usine aux fermes, du monde ouvrier au monde paysan, la prise de conscience ne fut pas socialement la même.

 

Et aujourd'hui encore, femmes et hommes ne sont pas les derniers à faire la nique aux pouvoirs.

 

A Cannes, manifestation contre le gaz de schiste

Ça c'est passé à Cannes l'an passé. Le film est consacré dans la sélection officielle. Tapis rouge, grandes marches, smocking et nœud pap' de rigueur. La venue des moutons fut même officiellement annoncée. Mais c'était sans compter avec le pirate Johnny Deep, qui, leur a-t-on dit, aurait pu prendre ombrage si on lui ravissait la vedette. 

Manifestation et banderoles en guise d'une ultime bravoure, comme le feraient d'éternels cow-boys.

Alors justement, puisque l'on en revient au western, il y a dans ce film une musique qui pourrait à elle seule signer le film. Une griffe, à l'instar de celle d'Ennio Morricone dans les westerns spaghetti. Mais qui a là un étrange goût de chouchen. Alors, Christian Rouaud, quelles sont vos sources? 

 

Un sourire tout en humanité pour Le Grand Dédé, portrait d'un virtuose de bombarde à la dégaine d'un Jacques Tati croisé d'un Woody Allen. Un film sur un ami bien moins public que les Larzac ou les Lip, que Christian Rouaud ne désespère pas de voir, à son tour, en salles.

Les six extraits du film sont à regarder en cliquant ici ou sur l'image ci-dessous:

Et rejoignez aussi l'édition participative du Club de Mediapart pour y débattre de vos combats.

 

Source : Médiapart

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans culture
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".