Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 10:10

Alors que le plus gros fichier de police, le Stic (système de traitement des infractions constatées), doit bientôt disparaître pour manque de fiabilité, un policier qui avait osé dénoncer ses dérives risque la révocation. Ce 20 octobre 2011, le commandant de police Philippe Pichon, 42 ans, comparaissait devant le tribunal administratif de Melun, auprès duquel il conteste sa mise à la retraite d'office, en mars 2009, pour manquement au devoir de réserve.

Le ministère de l'intérieur aimerait ne plus compter dans ses rangs ce policier à l'«éthique déliquescente» et qui «se répand dans la presse», comme l'a assené à l'audience Me Pascale Léglise, la représentante du ministère de l'intérieur. Il lui est reproché d'avoir transmis en octobre 2008 à un journaliste de Bakchich les fiches extraites du Stic de Johny Hallyday et Jamel Debbouze, ensuite publiées par ce site en appui d'un article remettant en cause la légalité du fichier.

Un acte que l'officier, mis en garde à vue puis en examen en décembre 2008 pour «violation du secret professionnel, accès frauduleux à un système informatisé et détournement d'informations à caractère personnel», a ensuite revendiqué comme un geste citoyen, effectué en dernier recours, après avoir tenté en vain d'alerter sa hiérarchie. «La démarche de Monsieur Pichon est intellectuelle et aucunement intéressée», a plaidé son avocat, Me William Bourdon, qui juge la sanction «extraordinairement disproportionnée».

Le Stic, qui fiche aujourd'hui la moitié de la population française (plus de 5,5 millions de mis en cause et de 28 millions de victimes), est, parmi d'autres défauts, mal mis à jour : des personnes restent fichées comme mises en cause, alors qu'elles ont bénéficié d'un classement sans suite, d'un acquittement, ou d'un non-lieu. En 2008, la Cnil avait révélé que 83% des fiches qu'elle avait été amenée à contrôler comportaient des erreurs ou des informations illégales, au risque de pénaliser les personnes concernées sur le plan professionnel.

En juin 2011, le ministère de l'intérieur a lui-même reconnu, en réponse à une députée, que «le manque de retour et d'intégration des décisions de justice (...) ne sont pas satisfaisants».

Le Stic et son équivalent dans la gendarmerie, le Judex, doivent prochainement être remplacés par un fichier unique, le «traitement des procédures judiciaires» (TPJ), qui, toujours selon le ministère de l'intérieur, «permettra l'échange des données dans les procédures pénales entre les services d'enquête et l'autorité judiciaire» et renforcera «la fiabilité des informations, grâce à leurs mises à jour régulières». Un aveu des graves défaillances des fichiers actuels.

 

Mis à la retraite, réintégré puis supendu...

En mai 2009, saisi en procédure d'urgence, le tribunal administratif de Melun avait annulé la mise à la retraite d'office de Philippe Pichon. Le juge avait estimé qu'il existait «un doute sérieux quant à la légalité de cette décision, dès lors qu'il ressort qu'il (Philippe Pichon - ndlr) avait vainement appelé l'attention de sa hiérarchie sur les dysfonctionnements affectant la gestion du Stic». Voilà donc le fonctionnaire réintégré mais, mauvais perdant, le ministère de l'intérieur le suspend dans la foulée, en mai 2009.

Ce 20 octobre, le rapporteur public a, au contraire, conclu au rejet de la requête en excès de pouvoir du policier. A l'audience, il décrit Philippe Pichon comme un dangereux récidiviste du manquement au devoir de réserve, qui a déjà commis en 2007 un livre, Journal d'un flic, puis s'est laissé aller à contribuer à une étude du CNRS, menée par le sociologue Frédéric Ocqueteau, sur la sécurité publique dans sa circonscription de Seine-et-Marne.

Pire, «il persiste», déclare Me Pascale Léglise. Et la sous-directrice à la direction des affaires judiciaires du ministère de brandir, comme une preuve infamante, le dernier livre de Philippe Pichon, Une mémoire policière sale : le fichier STIC, ouvrage cosigné en septembre 2010 avec Frédéric Ocqueteau. «Il y a un souci avec le fait que les fonctionnaires se répandent dans la presse et fassent justice à leur administration, assure la représentante du ministère de l'intérieur. Très bien, mais dans ce cas là, leur casquette de fonctionnaire, c'est fini!» Avis aux intéressés...

Deux anciens collègues de Philippe Pichon, qui s'étaient déplacés ce jeudi 20 octobre, ont d'ailleurs été priés de remballer leur témoignages. «Nous avons déjà tous les éléments», a tranché la présidente, tout sourire. «Ces deux témoins ont subi des pressions insensées de leur hiérarchie pour ne pas être dans cette salle», a regretté Me William Bourdon, l'un d'eux ayant notamment été convoqué la veille par sa directrice départementale de la sécurité publique.

Le procès devant le tribunal correctionnel de Philippe Pichon doit s'ouvrir le 22 mai 2012. Me William Bourdon a donc demandé au tribunal administratif de reporter l'affaire, glissant une allusion au cas du patron du renseignement, Bernard Squarcini, «mis en examen pour des faits infiniment plus graves» et pourtant maintenu en fonction en attendant la fin de la procédure pénale.

Une autre procédure vient d'entrer en jeu : à la suite du dépôt d'une plainte contre X pour «harcèlement moral et discrimination» par Philippe Pichon, le parquet de Paris, a selon Me William Bourdon, annoncé jeudi son intention d'ouvrir une information judiciaire. Pourrait notamment y être versé l'enregistrement pirate que Mediapart a révélé au cours duquel l'ancien supérieur du policier, le chef de la circonscription de sécurité publique de Coulommiers, le considère comme son «ennemi personnel» et affirme que s'il l'avait croisé dans la rue,«(il) lui aurai(t) foutu (son) poing dans la gueule!».

Ce supérieur avait également reconnu la nécessité de pratiques policières illégales pour répondre aux objectifs chiffrés du ministère.

Source: Médiapart.

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".