Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 22:24

Aprés le discours « officiel », le témoignage de Michel Besson...

samedi 10 septembre 2011

 
 
Dés mon arrestation à l’aéroport de Tel Aviv le 5 Septembre 2011

une énorme solidarité s’est déclenchée et j’en remercie vivement tous les amis palestiniens, français, et même d’autres pays, qui sont intervenus d’une manière ou d’une autre.

RâCE à cette mobilisation j’ai pu sortir du Centre de rétention le 8 au matin et conduit ... dans le mauvais sens, c’est-à-dire manumilitari à l’avion.

Le risque d’une telle situation est d’en faire une « histoire » de personne alors que l’important est le contexte. Et je ne tiens pas du tout à jouer au héros. Si je vais raconter ici brièvement ce qui s’est passé, ce que j’ai vécu, c’est pour tirer quelques leçons, et surtout comprendre un peu mieux, à travers cette histoire (qui peut paraître banale), comment fonctionne la société d’aujourd’hui, et ainsi pouvoir agir, collectivement, de manière plus efficace pour changer cette société, de plus en plus injuste et prédatrice.

La première constatation, c’est le fonctionnement de l’information publique : Le lendemain de mon arrestation, l’Ambassade de France à Tel Aviv a publié un communiqué qui ne tenait compte que de la version de la police israélienne... Je n’ai pas été consulté pour exprimer ma version des faits. Comme par hasard c’est Le Figaro qui en France a relayé cette information, toujours sans consulter le premier intéressé ou ses proches (la gérante d’Andines et des amis ont pu me joindre par téléphone)...

"Au cours de ses interrogatoires, il n’a cessé de changer de version sur les raisons qui l’amenaient en Israël, si bien qu’il a été décidé de l’expulser jeudi", a affirmé la porte-parole Sabine Hadad » (Le Figaro, papier et internet). « La France est intervenue activement pour lui permettre d’entrer en Israël. Toutefois, malgré les demandes répétées de notre représentation, le service de l’immigration israélien a constamment, au vu de ses fausses déclarations alléguées (les services de l’immigration estiment que notre compatriote aurait tenu des propos contradictoires et inexacts à trois officiers différents), refusé l’entrée du territoire à M. Besson » (message de l’ambassade de France à Tel Aviv).

C’est précisément le contraire de la vérité.

Cela en dit long sur « l’objectivité » de ce type d’information officielle, et d’une certaine presse, qui n’entend qu’un son de cloche, celui qui les arrange politiquement, qui méprise les gens directement concernés sans même les interroger ! Cela me paraît très grave et malheureusement de plus en plus courant (à mon retour, je me suis aperçu que la parole des « officiels » avait même déstabilisé des proches d’Andines !).

Voilà tout simplement ce qui s’est passé :
Je vais chaque année en Palestine pour rencontrer les agriculteurs et artisans avec lesquels la coopérative française Andines, où je travaille, coopère depuis plusieurs années. Andines importe différents produits de Palestine mais surtout l’huile d’olive. Cette huile de terroir est spécifique et particulièrement appréciée. Mais surtout, c’est en solidarité avec les travailleurs palestiniens que Andines l’importe, puisque sa production est la principale activité économique de Cisjordanie. Cette activité, soutenue par des milliers de personnes, dont des oléiculteurs français, tous les groupes de l’Association France Palestine Solidarité et des collectivités territoriales, n’est pas en contradiction avec notre démarche d’équité (et de souveraineté alimentaire des peuples) puisqu’elle vise à desserrer l’étouffement de l’économie palestinienne. Cette asphyxie économique est l’un des axes de la stratégie israélienne pour la destruction du peuple palestinien depuis le début de la guerre, car il s’agit bien d’un contexte de guerre, d’occupation militaire et d’apartheid. Créer une activité économique en Palestine est de plus en plus difficile. De plus en plus d’ateliers et d’entreprises ferment et disparaissent. Je précise aussi que cette démarche d’équité, partagée par Minga et de très nombreuses organisations dans le monde, n’a pas grand chose à voir avec le dit « commerce équitable », enfermé dans une relation commerciale de type paternaliste et néo-libéral exclusivement « nord sud ».

Tout voyage en Palestine passe obligatoirement par l’État d’Israël puisque cet État occupe tout le territoire militairement et économiquement et a construit un mur de béton armé et de fils barbelés bourrés d’électronique pour enfermer le peuple palestinien en Cisjordanie et à Gaza. Un peuple dont la grande majorité ne veut que la paix et la liberté de vivre, de s’auto-organiser. Pour l’instant ce sont des territoires occupés par l’armée omniprésente et des centaines de milliers de colons israéliens. C’est véritable prison à ciel ouvert pour les palestiniens.

Vu ce contexte politico-militaire, tout militant qui se rend en Palestine se prépare à répondre aux questions posées systématiquement par la police israélienne : « Que venez-vous faire en Israël ? Y avez-vous des amis ? ».Pour ma part je décide de répondre, comme d’habitude : « visite personnelle à Jérusalem, Bethléem et Hébron, et sans amis en Israël », puisque malheureusement c’est la vérité (ils sont nombreux dans la région, mais en Palestine). Contrairement aux allégations officielles, on ne m’a posé aucune question sur les “territoires occupés » ou sur la Cisjordanie, qui d’ailleurs pour moi sont La Palestine. J’avais donc décidé, comme la majorité des militants qui viennent ici, de ne pas parler de mon travail en Cisjordanie. Il faut se souvenir que des centaines d’expulsions ont eu lieu ces derniers mois, visant les gens qui affirmaient clairement à l’aéroport vouloir se rendre en Cisjordanie. Plusieurs centaines de personnes en juillet 2011 ont même été bloqués avant de prendre l’avion dans leur propre pays...

Il faut déjà savoir que, contrairement au droit international, tout interrogatoire est ici mené en hébreux ou au mieux en anglais ... sans interprète.

La première policière qui m’interrogeait cette fois-ci, en consultant son ordinateur, ne m’a pas cru. J’ai donc été interrogé pendant 4 heures par d’autres policiers auxquels j’ai toujours répondu la même chose (contrairement à ce qu’affirment les communiqués de la police israélienne repris par le consulat et l’ambassade de France).

Ni mon carnet d’adresse ni mon ordinateur n’ont été consultés, mais c’est par le biais de ma boite émail (adresse indiquée sur mon billet d’avion) que les policiers ont compris que j’allais très probablement en Cisjordanie. Avis aux voyageurs... J’ai aussi constaté qu’existait une fiche, écrite en hébreux, à mon nom (« Besson Michael »), concernant sans aucun doute mes derniers voyages et écrits (http://www.andines.com/article.php3 ?id_article=746). Lorsque je me suis aperçu de cette situation j’ai dit au dernier policier qui m’interrogeait que j’allais effectivement à Ramallah pour rencontrer des partenaires et lui ai montré les documents d’Andines. « It’s too late, m’a-t-il répondu, go home » (c’est trop tard, vous repartez chez vous !). Je pense que la décision de refoulement a effectivement été prise bien avant...

Puis c’est la fouille au corps, le mépris, le silence total sur l’avenir, l’intimidation en menaçant de vous mettre sur le dos d’autres inculpations, et enfin le fourgon et la cellule du « centre de rétention » (lieu d’expulsion sans aucun jugement), comme il en existe partout dans le monde, en particulier en France. Toutes vos affaires personnelles sont momentanément confisquées, y compris les stylos... Mes compagnons de cellule étaient en majorité des étrangers venus chercher du travail...l’un d’eux m’a dit « je n’arrive pas à comprendre qu’un peuple qui a été opprimé puisse ainsi en opprimer d’autres ! ». Il y a bien des réponses, et tous les israéliens ne sont pas sionistes, mais nous en parlerons une autre fois.

Au cours de ma détention, je pensais que le Consulat français arriverait à organiser une réunion entre la police israélienne, le consulat et moi-même pour que nous puissions nous expliquer et régler le problème positivement. Mais rien ! J’apprends que les amis palestiniens qui m’attendent reçoivent la nouvelle de mon arrestation avec tristesse et révolte, et que la presse arabe s’est emparée de mon cas et crie au déni de justice à mon égard et à une volonté délibérée d’Israel d’empêcher les différentes coopérations économiques que nous avons mises en place avec toutes les difficultés que vous savez (y compris entre des villes palestiniennes et françaises). Au mépris bien entendu des lois et des différents accords internationaux.

J’apprends aussi qu’en France s’organise toute une solidarité... Un peu sonné par la situation, le moral remonte vite ! L’essentiel reste et restera de continuer à nous battre tous ensemble pour développer notre coopération économique et pour changer cette société si violente et si injuste. Pas le moindre doute là-dessus.

J’ai eu la visite de Mr Guérin, délégué par le consulat de France à Tel Aviv : “Nous ne pouvons rien faire”. Il m’a tout de même téléphoné le 7 au soir pour m’informer que je serais mis dans un avion le lendemain à 8 heures ( puisque le billet acheté par Andines était un aller retour, il n’y a eu aucun frais public dans l’histoire, précisons-le). Un avocat est également venu me voir. Il est toujours important, face à l’arbitraire des Pouvoirs, qu’un témoin indépendant des gouvernements puisse rapidement rencontrer les prisonniers. Nous aurions pu demander un jugement, mais cela pouvait durer plusieurs semaines... J’ai apprécié sa visite.

Le 8 Septembre au matin, je suis amené directement dans un avion... pour Paris. Dans l’avion, l’un des passagers s’approche et me dit « j’ai appris ce qui vous est arrivé. Voici mon adresse. Vous pouvez compter sur moi ».

Et merci au comité d’accueil à Roissy.

Un grand merci à mes collègues, à ma famille, à Guy et à toutes celles et tous ceux, trés nombreux, qui ont réagi ! Vous trouverez sur le site www.andines.com les actions que nous pensons entreprendre prochainement avec nos partenaires.

C’est ensemble que nous allons continuer ce que nous avons commencé. En lien avec toutes les luttes et les alternatives que développent de plus en plus de citoyen(ne)s partout dans le monde. Personne ne pourra nous en empêcher.

Et bien entendu je retournerai en Palestine !

A trés bientôt !

Michel Besson, le 9 Septembre 2011


 
  
 Envoyez cet article à un ami  Imprimer cet article

Michel Besson est rentré....
jeudi 8 septembre 2011

Arrestation de Michel Besson en Israel
mercredi 7 septembre 2011

Forum européen pour la souveraineté alimentaire des peuples
lundi 29 août 2011

Amap et jardin partagé chez Andines...
vendredi 5 août 2011
Tous nos coups de projecteur dans les archives.
ANDINES SCOP - 5 Rue de La Poterie - 93200 Saint Denis
Tél. : 01 48 20 48 60 - Fax : 01 48 20 50 93
Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 15:41

 

Quantcast
Camarades,
Alors que Marine Le Pen vient de faire son discours à Nice, l'UPAC tient à réagir fermement à la pantomine FN !
Analyse du discours :
Après une première partie de propos anti-systémiques banales et populaires pour happer l'intention du citoyen lambda qu'elle nourrit par la valeur travail, Marine Le Pen (MLP) enclenche ensuite la véritable propagande  du FN.
Tout y passe, immigration, solidarité nationale aux nationaux, identité, nationalité, tolérance zéro, insécurité etc..
Des exemples saisissants du discours intôlérant et haineux de MLP :
-Promesse de 40 000 places de prisons supplémentaires !! Au lieu de penser à réfléchir sur les causes et de faire en sorte que l'emprisonnement ne soit pas la solution aux carences sociales et aux choix sociétaux.
-Chasse de supposés 5000 leaders de la délinquance ! Comment les définit-elle ? Seront-ce les leaders syndicaux et politiques de gauche ? Seront-ce ceux qui rejettent l'idéologie frontiste ? Cela montre bien l'annonce d'une dérive aux relents des années 30. 
-Réouverture des commissariats et gendarmeries et recrutement massif de fonctionnaires de l'ordre ! Au lieu de penser à pacifier la société par l'éducation et la solidarité, elle instaurera la "chasse aux sorcières" sur les opposants,les immigrés et tous les individus en marge de son système. 
Enfin, MLP s'inscrit pleinement dans un discours libéral qu'elle cache par un langage bien codé mais que des arguments et des mots significatifs trahissent. Des mots comme "économie de marché" dont elle avoue quand même se réclamer. Par exemple aussi, sur les retraites et la formation, où elle va au-delà de la triste réserve civile d'aujourd'hui et où elle va jusqu'à parler de bénévolat des séniors. Mais jusqu'où va aller l'exploitation !!!!!
Bref, du capitalisme qui ne dit pas son nom et du fascisme qui ne crie pas trop fort !! 
Et comme une photo vaut bien les mots, l'UPAC ressort ci-dessous une photo récente et son commentaire qui sont très clairs sur le vrai visage de " Marine la fachotte".
Pour l'UPAC, Kyosen.
          

Grégoire et Anthony les étranges amis de marine ?

Les déclarations des responsables du FN à propos de l’ « affaire Gabriac«
« S’il s’avère que cette photographie ne soit pas, comme l’affirme M. Gabriac, un montage, celui-ci
sera immédiatement exclu du Front National » [...]« Il faut que chacun sache que le Front national
n’admettra pas en son sein ce type de comportement inadmissible porteur d’une idéologie
répugnante »- Marine Le Pen dans un communiqué officiel du Front National.
« C’est allé beaucoup trop loin. On ne veut pas de gens comme ça au FN. On n’a autre chose à
faire que de s’occuper de crétin pareil », a dit le secrétaire général du FN Steeve Briois au site
internet Le Post.

Malgré les promptes déclarations de Marine Le Pen nous avons eu la surprise de découvrir cet
intéressant document. Sur cette photo prise lors d’un évènement officiel du Front National à Paris,
nous pouvons voir Marine Le Pen en bien étrange compagnie.
Le jeune homme de droite sur la photo prénommé Anthony « X » est un militant bien connu de la
mouvance néo-nazie lyonnaise. Il est entre autre le batteur du groupe néo-nazi lyonnais Match
Retour
. On a pu le remarquer en tant que co-organisateur de la tentative de rassemblement « contre
les casseurs », traduire « anti-racailles », le 22 octobre dernier à Lyon. Celui-ci s’étant soldé par
environ 150 arrestations.

Le jeune homme de gauche sur la photo prénommé Grégoire C. est un proche ami d’Anthony et
connu pour appartenir à la mouvance néo-nazie lyonnaise.

A propos des logos présents sur les t-shirts :

Le logo présent sur le t-shirt de Grégoire est un détournement du logo de la marque Lonsdale (entre autre sponsor de Mohammed Ali). Marque chérie et détournée dans les milieux néo-nazis, skinheads d’extrême-droite et
hooligans. Le « Lonsdale » se tranforme ici en « LoNSDAPe » – Europe. Les initiales NSDAP renvoyant au National-Sozialiste Deutsche Arbeiter Partei (Parti national-socialiste des travailleurs allemands) d’Adolph Hitler.

On peut reconnaitre sur le t-shirt d’Anthony deux symboles nazis :

– La Totenkopf étant le symbole des gardiens SS des camps de
concentration et d’extermination durant la seconde guerre mondiale.
– Une croix gammée légèrement arrondie dans un soucis de la rendre plus
discrète et du coup plus présentable en public.

Tous ces éléments peuvent amener quelques interrogations :
Le Département Protection Sécurité (service d’ordre officiel du Front National) :
1- n’est pas compétent et/ou n’a pas su empêcher l’intrusion de deux néo-nazis lors d’un
évènement officiel du Front National ?
2- Ou, en dehors des déclarations il existe une certaine conivence des responsables de la sécurité
du parti frontiste envers les milieux radicaux ?
Marine Le Pen, présidente du FN :
1- professionelle de la politique et n’est pas à même de reconnaitre les symboles qu’elle est censée
rejetter ?
2-Ou alors, en dehors des déclarations publiques des plus hautes instances du FN il existe une
certaine conivence des responsables du parti frontiste envers ces même milieux radicaux ?
Nous laisserons à chacun le soin de se faire sa propre opinion.
 

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 12:22

Le maire de Montbéliard s’est joint à la centaine de manifestants des partis, syndicats et associations de gauche, qui ont participé à un pique-nique organisé devant la cité judiciaire de Montbéliard, hier, entre 12 h et 14 h contre les idées du groupuscule d’extrême droite « Front Comtois ». Photo José Gonzalvez

Le maire de Montbéliard s’est joint à la centaine de manifestants des partis, syndicats et associations de gauche, qui ont participé à un pique-nique organisé devant la cité judiciaire de Montbéliard, hier, entre 12 h et 14 h contre les idées du groupuscule d’extrême droite « Front Comtois ». Photo José Gonzalvez

Le procès du président du groupuscule d’extrême droite « Front comtois » a été reporté au grand dam du collectif qui l’avait assigné en justice pour y répondre de haine et incitation à la discrimination raciale, hier, à Montbéliard.

Déplorant l’absence et du prévenu, Gaëtan Perret, président du Front comtois, et de son avocat parisien, M e André Chami, du collectif d’associations, syndicats et partis de gauche qui ont assigné le groupuscule d’extrême droite devant le tribunal correctionnel de Montbéliard, n’a pas caché que « le procès aurait pu se tenir ». Mais il a donné acte au président Alain Troilo et à la procureure de la République, Thérèse Brunisso, du renvoi de ce dossier à la date du jeudi 8 décembre, à 9 h.

« Nous sommes là pour montrer au Front comtois et aux identitaires de l’extrême droite qu’à Montbéliard, on ne peut pas accepter la diffusion d’idées et de slogans racistes. On sera toujours là pour montrer notre refus. Ce sont des gens dangereux, qui développent des idées dangereuses. Nous sommes là à visage découvert, pas eux. Nous serons là le 8 décembre et, je l’espère, encore plus nombreux », a déclaré Nadia Barznica, secrétaire de la FSU, à l’issue de l’audience confirmant le renvoi du procès. Un renvoi qui était connu et annoncé depuis deux jours mais qui n’a pas dissuadé le front constitué contre le Front comtois d’organiser un « pique-nique solidaire » devant la cité judiciaire de Montbéliard, hier à midi.

Une centaine de militants et d’élus locaux, certains arborant leur écharpe tricolore, se sont retrouvés autour du brasero alimenté par Pascal Tozzi, leader cégétiste d’EDrF.

Le maire, Jacques Hélias, accompagné de quelques conseillers -Aurélie Lollier, Lionel Manière, Éric Lançon- est venu apporter son soutien aux manifestants. « Dorénavant, ce groupuscule n’aura plus aucune salle à Montbéliard. Et c’est au ministère de l’Intérieur d’interdire ce mouvement qui rebondit sur le désespoir des gens, surtout dans les quartiers populaires. Il faut que les citoyens fassent attention à ce que le vote protestataire ne profite ni au Front national, ni au Front comtois », estime le premier magistrat montbéliardais à qui certains faisaient grief d’avoir accordé une salle associative à ce groupe en janvier dernier.

« Je n’avais pas le droit de refuser. Mais leur réunion ayant entraîné un trouble à l’ordre public, je suis fondé depuis à leur refuser une salle », explique Jacques Hélias.

Plus catégorique, ce salarié de PMTC, qui se prénomme Jacques lui aussi : « Il faut leur interdire de s’exprimer », estime cet ouvrier fraiseur, militant du Front de Gauche, qui a été candidat, à Pont-de-Roide, lors des dernières élections cantonales. « Moi, je dis qu’il faut interdire ces groupes néonazis et fascistes, qui nous rappellent de sinistres épisodes de notre Histoire », affirme le métallo, qui rapporte tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Source : le 09/09/2011 à 05:00 par José Gonzalvez

 

 

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 21:20

Dans les fonderies du Poitou, de Châteauroux et de Laigneville, l’objectif du groupe Montupet pour augmenter ses profits, passe par la baisse du coût du travail, fil rouge de sa stratégie.

Aux Fonderies du Poitou, le patronat entend diminuer les salaires de 15% et imposer le passage de 38 heures 30 à 35 heures avec la réduction de salaire qui l'accompagne. Au total, cela ferait 25% de salaire en moins. Un salarié après 24 ans de présence a un salaire brut mensuel de 1800 euros. Le chantage est : sauver l’entreprise.

A Châteauroux où la direction entend augmenter la durée du travail. La remise en cause des pauses lui ferait gagner plus de 13 jours de travail gratuit sur l’année. Par ailleurs, la stratégie de la direction vise à transférer des activités et des moyens de production vers un pays à bas coût, en Inde par exemple, mettant en cause à terme l'existence même de l'établissement de Châteauroux.

Le groupe Montupet fait des profits.

Il emploie 1.700 salariés en France, où il produit 50% de ses produits livrés dans le monde. Il a des sites en Bulgarie et au Mexique.

En 2010, il a augmenté son chiffre d'affaires de 84% et réalisé un profit de 6,7 millions d'euros. Au premier semestre 2011, son chiffre d'affaires a augmenté de 32,7% sur 2010. Il a été de 251 millions d'euros.

Renault, leur principal client était propriétaire des fonderies. En 1998 il les a vendues, créant ainsi des sous-traitants qui sont mis en concurrence pour faire pression sur les prix bien évidemment et en tirer le bénéfice maximum.

Les salariés ne l’entendent pas ainsi et dès l’annonce de ce coup de force, ils sont entrés en lutte. Les fonderies du Poitou ont entamé une grève dès le 2 septembre. Les salariés des trois fonderies ont manifesté le 8 septembre devant l'usine de Châteauroux. La lutte continue.

Ces attaques du patronat se font dans le même temps où le gouvernement poursuit sa politique antisociale dont le seul but est de répondre aux exigences du capital, comme montre le plan de rigueur pour le peuple de 12 milliards d’économies.

Pas d’autre choix que la lutte pour refuser de subir la loi du capital. Le rendez-vous du 11 octobre peut être une grande journée de mobilisation, de grèves et de manifestations dans tout le pays. Sachons saisir cette opportunité pour refuser les politiques d’austérité qui ne pénalise que les salariés.

Lutter, c’est affirmer également que ce système capitaliste ne peut en aucun cas être amélioré, que d’autres choix sont possible dans notre pays qui en a les moyens à condition de lutter de plus en plus fort contre le capitalisme et tous ceux qui le soutiennent.

Source : « site communistes »

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 19:22
Pique-Nique ANTIFA - contre Marine Le Pen en meeting à Vaiges, en Mayenne, le 17 septembre 2011

Pique-Nique antifa à Vaiges[53] le 17.11.2011
Pique-Nique antifa à Vaiges[53] le 17.11.2011

Marine Le Pen se déplacera à Vaiges, en Mayenne, le 17 septembre. La présidente du Front National lancera sa campagne présidentielle au cours d’un meeting qui rassemblera 17 fédérations de Bretagne, des Pays de la Loire, de Basse-Normandie du Poitou et du centre. Plus d’un millier de militants sont attendus au château de Lesnières, propriété d’une adhérente du Front National. (source O.F. http://bit.ly/ol4FKn)

Le collectif antifasciste de la Mayenne appel a un Pique-Nique Antifasciste à Vaiges au Plan d'eau communal entre 12h et 17h le 17 Septembre 2011.

Liens:: http://twitter.com/TTchaiN
Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 19:31

 

Communiqué de la Coopérative "Andines"

 

Michel-Besson.jpg

 

 


Michel Besson, coopérateur et responsable de la filière économique avec la Palestine au sein de la coopérative Andines a été arrêté par la police israélienne à sa descente d’avion lundi matin à Tel Aviv.

Depuis, il est enfermé au centre de rétention de l’aéroport – sans aucune raison valable qui pourrait lui être opposée.

Comme tous les ans depuis près de 10 ans, il se rendait en Palestine pour visiter l’ensemble de nos partenaires économiques pour renforcer nos relations et finaliser les commandes d’huile d’olive, de savons, d’artisanat… toujours selon les engagements d’Andines depuis 25 ans dans des démarches de solidarité et d’équité économique.

La décision de l’Etat d’Israël ne vise qu’à intimider l’ensemble des partenaires travaillant avec les Palestiniens, que ce soit au niveau social, culturel ou économique et à isoler de plus en plus la population palestinienne de la société internationale.

Ce n’est certainement pas par cette attitude qu’une paix juste et durable pourra se construire.

Nous demandons au gouvernement français que Michel Besson soit libéré immédiatement pour se rendre auprès de l’ensemble de nos partenaires pour faire son travail normalement."

Pour l’Equipe d’Andines

Veronique Lacomme

Andines : 5 Rue de la poterie. 93200 SAINT DENIS.

Tel : 01 48 20 48 60 - Mail : andines@nnx.com

 

 

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:22

Solidarité avec le Comité de Vigilance Antifasciste de Franche-Comté

Publié le 8 septembre

.textemoins, .texteplus, .pdf, .impression, .mail, .rss, .rssforum, .auteur, .reagir, .note {display:inline;}
Diminuer police
Augmenter police
Enregistrer au format PDF
impression      

Communiqué de presse du Collectif 69 de Vigilance contre l’Extrême-Droite.

Le col­lec­tif de Vigilance 69 tient à mon­trer sa soli­da­rité avec le comité de Vigilance Antifasciste de Franche-Comté et son sou­tien à l’ensem­ble des ini­tia­ti­ves prises pour dénon­cer et faire dis­sou­dre l’orga­ni­sa­tion raciste et fas­ciste Front Comtois.

Le tra­vail mené par les col­lec­tifs anti­ra­cis­tes (voir dos­sier sur le net) a réussi à mon­trer la réa­lité de cette orga­ni­sa­tion, véri­ta­ble ins­ti­ga­trice d’inci­ta­tions à la haine et à la vio­lence raciale. L’abou­tis­se­ment de ce tra­vail sera le procès qui se dérou­lera le 8 sep­tem­bre à Montbéliard.

En réa­lité, le Front Comtois, dans la droite lignée des ini­tia­ti­ves dites « iden­ti­tai­res » et « régio­na­lis­tes », n’est de fait qu’un regrou­pe­ment des éléments les plus radi­caux et les plus vio­lents de l’extrême-droite, qui s’il désire s’affi­cher en tant qu’orga­ni­sa­tion « res­pec­ta­ble », montre son vrai visage lors de ses « actions ».Symbolique du supré­ma­cisme blanc (cel­ti­que), lien avec d’autres orga­ni­sa­tions révi­sion­nis­tes, saluts et rhé­to­ri­ques nazis sont mon­naies cou­ran­tes de ce mou­ve­ment. Il suffit pour cela de consul­ter la presse locale et natio­nale, ainsi que le regrou­pe­ment d’infor­ma­tions réa­lisé par le Comité de Vigilance Antifasciste de Franche-Comté.

Nous, Collectif 69 de Vigilance, tenons à mon­trer notre soli­da­rité dans notre lutte contre l’extrême-droite et ses vio­len­ces, et nous nous asso­cions à la demande de dis­so­lu­tion du Front Comtois. Il est de fait scan­da­leux qu’une orga­ni­sa­tion dont les auto­ri­tés connais­sent les déra­pa­ges puisse conti­nuer à exis­ter et à se déve­lop­per en toute impu­nité. Nous exi­geons que la jus­tice aille jusqu’au bout et condamne comme il se doit les vio­len­ces et les inci­ta­tions à la haine raciale.

En Franche-Comté comme à Lyon, ces orga­ni­sa­tions ne sont qu’une vitrine des pires relents xéno­pho­bes et fas­ci­sants. De plus, le dos­sier réa­lisé par le Collectif de Vigilance Antifasciste de Franche-Comté met clai­re­ment en évidence les liens entre le Front Comtois et Lyon Dissident/Bunker Korps (grou­pus­cule néo-nazi) ainsi que Troisième Voie, pré­sen­tes toutes deux mal­heu­reu­se­ment sur Lyon.

En Franche-Comté, comme ailleurs, dis­so­lu­tion et condam­na­tion de toutes les orga­ni­sa­tions d’extrême-droite xéno­pho­bes et vio­len­tes !!

Collectif 69 de Vigilance contre l’Extrême-Droite

 

L'UPAC se joint  au collectif 69 de Vigilance contre l'Extrème Droite et se montre solidaire des camarades antifas de Franche-Comté et de tous les collectifs antirascistes dans leurs entreprises légitimes d'éradication de tout groupuscule fasciste.

Car éliminer la peste brune c'est faire oeuvre de salubrité public !!



Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 16:32
  Suite à leur victoire vendredi dernier, 19 août, sur l'épreuve du 1000 mètres au championnat du monde de canoé-kayak disputé en Hongrie, les allemandes Anne Knorr et Deborra Niche ont eu la surprise d'écouter sur le podium l'hymne national allemand de l'époque nazie.
   Le "Deutschland uber alles" (l'Allemagne au dessus de tout) remplaçait pour l'occasion l'hymne officiel de l'Allemagne, le "Einigkeit und Recht und Freiheit" (Unité et droit et liberté).
       Les deux médailles d'or et les spectateurs étaient très mal à l'aise,l'entraineur Rainer Kiessler fit part au micro de la télévision allemande de sa consternation. Et le commentateur évoquera en direct un "scandal".
    Ces controverses ou quiproquos peuvent être accidentels mais portent sur eux une symbolique forte, et tiendrait du fait que l'hymne allemand et l'hymne national-socialiste ont pour origine commune le "Deutschlandlied" (Chant des Allemands) mais sans employer les mêmes couplets, les mêmes strophes.
      le régime nazi n'a fait que réutiliser et réinterpréter un chant déjà bien présent et prégnant dans la culture allemande depuis son élévation au rang d'hymne en 1922 par le premier gouvernement social-démocrate.
       Quelques semaines après s'être emparés du pouvoir, les dirigeants nazis firent de "Deutschlandlied" plus précisément de sa première strophe un chant de combat pour les SA (organisation paramilitaire nazie): le "Deutschland, uber alles" précédait officiellement le "Horst-Wessel-Lied", l'hymne des SA.
       A cet égard, depuis 1945, une loi allemande interdit de chanter ou jouer le "Horst-Wessel-Lied" en public.
       Dans la symbolique de la culture allemande et bien qu'aucune loi ne proscrive l'utilisation de la première strophe, les propos "Deutschland uber alles" sont associés au "Horst-Wessel-Lied" et à l'idéologie national-socialiste : supériorité de la race dite "aryenne", hégémonie géographique de l"espace vital" du IIIe reich.
        Il faut attendre 1952 pour que le morceau initial de Hoffmann Von Fallersleben redevienne l'hymne national. mais seul le troisième couplet sera chanté les deux premiers étant discrédités par la dictature nazie qui avait bien vu ce qu'elle pouvait tirer d'une telle ambiguité.
 En effet, comme le souligne Elsa Clairon en 2004, il y a un malentendu sémantique sur la traduction originale ou plutôt la définition originelle : Hoffmann, l'auteur du "Chant Allemand",  définissait l'unité allemande comme l"Allemagne avant tout, par et pour l'individu allemand, et non l'Allemagne au dessus de tout.
 Ainsi, le citoyen allemand n'est donc plus un acteur dans et de sa nation mais n'est plus qu' un interprète de la seule volonté de la politique nationale.
              Elsa Clairon rajoute  que "dès leur arrivée au pouvoir en 1933, les nazis comprennent trop bien le parti qu'ils peuvent tirer de cette ambiguité et ils associent cette strophe à leur politique d'expension économique".
          Aujourd'hui, hors hymne national et pour dépasser le simple fait divers , nous pouvons facilement faire le parallèle avec la stratégie du FN ou de la droite la plus extrème (identitaires et consorts) qui sous couvert d'un discours populaire bien rôdé, vont carresser dans le sens du poil les couches sociales les plus précaires ainsi que ceux qui chaque jour tendent à s'en approcher (classe moyenne) et ceci par l'utilisation de concepts propagandistes et de "clés politiques" dont les seuls buts sont de masquer la véritable nature fasciste de leur idéologie et par conséquent de cacher l'imposture au peuple.
           
            Sources du texte: pour partie Rue89, pour l'autre partie UPAC (en rouge).
            NB : le 29 mai dernier, lors du Tour d'Italie, pour accompagner la victoire d'Alberto Contador c'est un chant franquiste qui avait été choisi...A quand "Maréchal, nous voilà !" pour fêter la victoire de l'équipe de France de foot...  
 
            Ci-dessous la vidéo de l'hymne nazi.
                   
     
         
Repost 0
Published by upac - dans politique
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 22:55

Fete-de-l-Humanite.jpg

Repost 0
Published by upac - dans politique
commenter cet article

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".