Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 20:47

CSR :

Chers camarades

MEETING

« Solidarité internationale :

la voie des luttes victorieuses »

en soutien aux syndicalistes licenciées de LATelec Tunisie

en présence de Sonia Jebali et Monia Dridi

mercredi 18 septembre à 20 h 30

salle Duranti-Osète / 6, rue du Lieutenant-Colonel-Pelissier, M° Capitole

« Travail, liberté, dignité ! » En décembre 2010, le peuple tunisien se soulève. Un mois plus tard, une foule immense scande « Dégage ! » devant le ministère de l’Intérieur. Ben Ali s’enfuit le 14 janvier 2011. C’est le début d’un processus révolutionnaire qui se poursuit aujourd’hui.

Déclenché par les manifestations spontanées des classes populaires à l’intérieur du pays (Sidi-Bouzid, Kasserine…), le soulèvement a été relayé et entretenu dans toute la Tunisie par de nombreuses organisations, réseaux de juristes et défenseurs des droits. Les grèves générales ont porté un coup fatal à la dictature. Principal syndicat tunisien, l’UGTT a joué un rôle déterminant. Les revendications sociales appuyées par la centrale se sont traduites par une vague de syndicalisation qui a traversé toute la Tunisie post-Ben Ali.

En mars 2011, un syndicat UGTT est créé dans l’usine LATelec (filiale du groupe français Latécoère, producteur d’équipements avioniques pour Airbus, Dassault, etc.) de Fouchana, en banlieue de Tunis. Porté par des ouvrières, il est l’illustration de cet élan révolutionnaire. Très vite, la direction lui déclare la guerre. Harcèlements, menaces, tentatives de corruption : fortes de multiples mobilisations, les travailleuses ne cèdent pas. Les conquêtes sociales sont à la taille de leur combat : encadrement des heures supplémentaires, respect des normes d’hygiène et de sécurité, augmentation des salaires…

L’embellie est de courte durée. Profitant du reflux révolutionnaire, la direction réprime les syndiquées : mises à pied, violences – puis licenciements abusifs de 11 travailleuses, dont les 3 déléguées syndicales, déclarés illégaux par l’inspection du travail. Depuis des mois, Sonia, Monia et Rim se battent pour leur réintégration, avec le soutien de plusieurs organisations et syndicats français. Pour briser définitivement la lutte des ouvrières tunisiennes, LATelec a rapatrié en France une partie de sa production : en quelques mois, le site de Fouchana est passé 450 salariés à 160, mettant de fait au chômage des centaines de salariées.

La lutte des LATelec illustre l’importance cruciale de la solidarité internationale.

Contrer l’isolement subi par les syndicalistes licenciées passe par la mobilisation des militants français et l’exposition publique des agissements de la maison-mère Latécoère. Cette solidarité active des syndicalistes et travailleuses et travailleurs français exerce des pressions sur la direction du groupe : le droit du travail et les libertés syndicales doivent être respectés des deux côtés de la Méditerranée.

Enfin, la solidarité Nord-Sud et la coordination internationale des luttes ne sont plus seulement une question de principe. Elles deviennent nécessaires face aux multinationales, gérantes de main-d’œuvre à l’échelle de la planète. La mise en concurrence internationale des travailleuses et travailleurs est leur pièce maîtresse, utilisée pour faire reculer les acquis sociaux dans tous les pays développés. Elle est le véritable visage de la « compétitivité », martelée par tous les gouvernements qui demandent toujours plus d’efforts aux salariés. Dans ces conditions, l’amélioration de la condition sociale des travailleuses et travailleurs du Sud est un atout de taille pour celles et ceux du Nord.

Le Comité de Soutien aux Luttes du Peuple Tunisien, engagé dans la solidarité internationale entre travailleurs, reçoit à Toulouse, mercredi 18 et jeudi 19 septembre, Sonia Jebali et Monia Dridi, déléguées syndicales UGTT de LATelec Fouchana.

Rencontre de solidarité internationale

à la pizzeria Zoubir, 2, rue Bertrand-de-Born, à Toulouse,

le jeudi 19 septembre, à partir de 19 h 30.

Pour y participer, téléphone : 06 19 45 90 90

Comité de Soutien aux Luttes du Peuple Tunisien [Front Populaire (Tunisie) Coordination Sud-Ouest, ATTAC Toulouse, Coup pour Coup 31, CSR, EELV, NPA, OCML-Voie Prolétarienne, PCOF, PG, Solidaires 31, Voie Démocratique (Maroc) Europe]

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".