Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 16:06

L'UPAC vous propose à la réflexion un texte très intéressant dont  nous partageons l'argument principal. Cet argument est le suivant : La crise européenne sert l'Allemagne (en plus du capitalisme évidemment). En effet, alors que l'article 123 du traité de Lisbonne interdit les banques centrales nationales d'émettre de la monnaie afin de soutenir les économie nationales , l'europe a fait le choix sous prétexte d'inflation si les banques d'état pouvaient agir ainsi, de faire entièrement bénéficier de l'émission de monnaie les banques privées par le crédit. Cela induit de facto des intérêts. Aujourd'hui, les banques privées prêtent avec intérêts aux gouvernements, aux entreprises et aux citoyens européens. Bref, le jackpot ! Ainsi, dans cette situation, les banques allemandes et l'état allemand sont effectivement les mieux placées. Et c'est ce qui explique que Mme Merkel ne veut pas entendre parler d'une intervention de la BCE (Banque Centrale Européenne) pour contenir cette fuite en avant capitaliste. L'Allemagne et le capitalisme tirent leur épingle du jeu dans ce marasme  financier. l'Allemagne n'a rien à faire des autres états comme le capitalisme n'a rien à faire des peuples. La seule volonté allemande est de favoriser son hégémonie économique dans cet état d'esprit libéral qui n'entretient que pour seule valeur  la concurrence.

De plus, ô bonheur ! Elle a trouvé un allier de choix en la personne de N.Sarkozy et sa volonté de copier le modèle allemand. "Tout pour notre gueule!" pourrait être la leatmotiv de ce tandem avec d'un côté Sarko qui joue au "bon flic" avec des fausses pistes et proposition mortes-nées (notamment la taxation des transactions financières) pour faire croire à la plèbe européenne qu'on s'occupe d'elle et de l'autre côté Merkel en flic version "casque à pointe" qui tient les rênes.

Pour l'UPAC, Kyosen.

rêve d’hégémonie européenne - Allemagne

Le pouvoir industriel et financier allemand est la clé qui permet de comprendre les manoeuvres internationales complexes et souvent troublantes qui accompagnent la Crise de l’Euro. L’Allemagne est la centrale électrique de l’industrie européenne, le seul pays à être sorti de la Grande Récession avec une économie saine, peu de chômage, la stabilité sociale et une balance commerciale positive. La stabilité de la monnaie européenne est essentielle à la continuation de cette situation économique favorable même si cela implique d’accorder plus de crédit à des économies en faillite comme la Grèce, l’Italie et d’autres à venir, comme l’a dit La Chancelière Merkel à son parti fiscalement conservateur en des termes clairs le 15 novembre. C’est seulement dans le cadre solide d’une Union Européenne forte que l’Allemagne, la principale nation créditrice de l’Europe, peut espérer toucher les intérêts de ses prêts et investissements européens.

Pour l’Allemagne, (et son allié américain) la Zone Euro est "trop grande pour faire faillite". Et puisque l’Union Européenne n’a pas de mécanisme comme la Banque Fédérale de Réserve étasunienne, seule l’Allemagne est en position de garantir les importants prêts indispensables. C’est un pari financier d’envergure historique et il a un prix politique : l’hégémonie allemande sur l’Europe.

Bismark a fait de l’Allemagne une grande puissance

L’ouvrage de Paul Kennedy "Naissance et déclin des grandes puissances" qui fait référence, considère l’Allemagne comme la puissance militaro-industrielle hégémonique (ou soit disant telle) depuis 1870 ; A cette date, Bismark, le Chancelier prussien de "sang et de fer", a dupé l’empereur français Napoléon III en l’incitant à se lancer dans une guerre à laquelle la Prusse se préparait depuis longtemps. Après une défaite retentissante (Napoléon a été fait prisonnier quand les Prussiens ont encerclé la principale armée française) Bismark a posé la couronne sur la tête de son souverain féodal qui, un peu à contre coeur, est devenu l’empereur Wilhem I et a régné depuis Berlin, sa capitale, sur un empire germanique étendu et uni (qui comprenait deux provinces françaises et la plupart des états du sud de langue allemande).

A la fin du 19ième siècle, l’industrie allemande, efficace, et organisée de manière scientifique menaçait de supplanter l’industrie anglaise vieillissante. Au même moment le militarisme prussien, soutenu par cette expansion industrielle et financière, se préparait à épauler l’hégémonie politique future et à conquérir des territoires. Au cours du 20ième siècle, il a fallu deux longues guerres mondiales pour empêcher l’empire allemand de transformer son pouvoir financier et industriel en domination impériale du Continent. Les deux principaux facteurs qui ont jugulé la tendance "naturelle" de l’Allemagne capitaliste à prendre le pouvoir en Europe ont été des facteurs militaires : 1) La géographie : située au centre de l’Europe entre le vaste empire russe et son alliée, la république française (une puissance militaire de première importance encore à l’époque), l’Allemagne était obligée de se battre au moins sur deux fronts en 1914 comme en 1940 et en mer contre la formidable Marine Britannique ; 2) La montée d’une nouvelle puissance militaro-industrielle beaucoup plus riche, les Etats-Unis, alliés de la France et de l’Angleterre.

Vaincue, divisée et démilitarisée, l’Allemagne rebondit

En 1945, la démilitarisation de l’Allemagne et sa division entre l’Est et l’Ouest qui ont suivi la seconde guerre mondiale, avaient pour but d’empêcher l’Allemagne de faire une nouvelle tentative d’hégémonie, mais en 1960 (l’année où j’ai acheté ma première Volkswagen !) l’industrie de l’Allemagne de l’Ouest s’était relevée de ses ruines, s’était modernisée et entrait en compétition avec l’industrie étasunienne. De plus la démilitarisation avait libéré d’énormes montants de capitaux allemands au moment où les vainqueurs de l’Allemagne, les Etats-Unis et l’URSS, épuisaient leurs économies dans une coûteuse course à l’armement. De plus, l’Allemagne de l’Ouest avait reçu le soutien inespéré de son ex-ennemi —Charles de Gaulle de France— qui avait conclu une alliance étroite avec le Chancelier Adenauer tout en menant une politique d’indépendance vis à vis des Etats-Unis pendant la Guerre Froide. Dès les années 1970, le leader de l’Allemagne de l’Ouest, Willi Brand a osé briser la glace de la Guerre Froide avec son Ostpolitik indépendante, et a entamé un commerce lucratif avec ses voisins du Pacte de Varsovie. Aujourd’hui l’Allemagne et la Russie sont des alliés et des partenaires commerciaux si fidèles qu’Immanuel Wallerstein peut parler d’un axe Berlin-Moscou.

Le grand pari de l’Allemagne réunifiée

Quand l’empire soviétique s’est effondré et que les deux Allemagnes ont été réunies en 1990, les capitalistes de l’Allemagne de l’Ouest qui voyaient loin, ont pris le risque d’investir d’énormes sommes d’argent dans la réunification et la modernisation de l’Est appauvri. Les investisseurs de l’Allemagne de l’Ouest ont gagné leur pari — et l’ont si bien gagné qu’une ancienne habitante d’Allemagne de l’Est dirige maintenant une Allemagne réunifiée, très peuplée, riche et puissante, à la tête de la Chancellerie établie à Berlin par Bismark en 1871.

La Chancelière Merkel a convaincu sa coalition, qui rassemble tous les tenants du capitalisme germanique, de faire, comme le conservateur Bismark, un pari audacieux. Lequel ? Aider la Zone Euro et en devenir ensuite propriétaire : devenir une puissance hégémonique sans l’aide de l’armée. Par la diplomatie et la force tranquille, la Chancelière va maintenant récolter les dettes que les Grecs et les Italiens ont contractées auprès des banquiers de Francfort aussi sûrement que les Marines étasuniens ont récupéré les dettes contractées par l’Amérique Centrale auprès des banques new-yorkaises au siècle dernier. Mais au lieu d’envoyer des navires de guerre, Merkel a utilisé habilement la voie diplomatique et le poids de l’argent pour provoquer la chute de Papandréou et Berlusconi, les deux Premiers Ministres européens les plus anciens et les plus populaires (Papandréou a été assez courageux pour la mettre au pied du mur et annoncer un référendum populaire sur l’Euro et le sommet de Nice, mais ensuite il a honteusement capitulé). Ce manipulateur hors pair de Bismark (qui après 1870 a préféré la diplomatie à la guerre) serait fier de sa disciple.

Deux décapitations sans effusion de sang

Les dirigeants grecs et italiens déposés ont été remplacés par des "technocrates" au service de la Banque Centrale européenne dominée par l’Allemagne. La Chancelière vient juste d’envoyer des équipes de banquiers allemands pour les "conseiller" tout comme le personnel de l’Ambassade étasunienne a "conseillé" les Mexicains et les Nicaraguayens : remboursez-nous, sinon ! Les conseillers sont là pour s’assurer que les régimes technocratiques fantoches imposent des mesures d’austérité drastiques aux peuples italiens et grecs et les forcent à rembourser les dettes contractées par leurs propres banquiers et dirigeants. Cela risque de ne pas être facile.

En attendant, les conséquences futures de la "décapitation" historique de deux dirigeants européens par Merkel peuvent se révéler aussi déterminantes, dans leur genre, que la double décapitation de la Tunisie et de l’Egypte. Pour commencer le fait que l’Allemagne ait imposé de facto des gouvernements supra-nationaux de "règlement judiciaire" à la Grèce et à l’Italie met un terme à leur souveraineté nationale et à la démocratie. Les deux grandes puissances ancestrales historiques de l’Europe, les sources de la civilisation européenne, les berceaux de la démocratie et de l’autorité de la loi sont désormais des états vassaux régis par les banques capitalistes allemandes et nord européennes.

D’une perspective internationale, la diplomatie de Merkel et sa force tranquille ont réussi à dominer deux pays où les hordes d’Hitler s’étaient cassées la figure. Quant au front est-allemand jadis vulnérable, il a été scellé dans le marbre par la récente inauguration du gazoduc Nord Stream qui va alimenter indéfiniment l’Allemagne en gaz bon marché et lui ouvrir un marché illimité pour ses Mercedes et ses Volkswagen. Et pour le moment les Etats-Unis dont la précaire situation financière dépend aussi de la stabilité de l’Euro, devra soutenir l’Allemagne même si cela équivaut à renforcer une économie européenne rivale dominée par l’Allemagne et qui est plus productive et plus puissante que l’économie américaine en déclin. La diplomatie bismarkienne de Merkel a donc réussi à se débarrasser les trois principaux obstacles historiques à l’hégémonie économico-militaire allemande : 1) la nécessité géographique qu’avait une puissance d’Europe centrale à se battre sur deux fronts ; 2) l’indéniable supériorité économique et militaire des Etats-Unis ; 3) le manque d’accès à des sources d’énergie modernes à base de pétrole.

De nouvelles opportunités de lutte ?

Dans la perspective de la lutte des classes en Europe, cette nouvelle situation crée de nouvelles possibilités. Depuis plus d’un an, les jeunes et les travailleurs grecs font grève et se battent pour ne pas avoir à "payer pour leur crise" et maintenant les Italiens, qui ont une longue histoire d’auto-organisation, vont être aussi amenés à défendre leurs intérêts. Ces luttes inévitables prendront place dans l’ambiance révolutionnaire qui émane du Printemps Arabe et qui s’est maintenant étendue au monde entier avec le mouvement Occupy Wall Street des 99%. Plus personne ne se fait d’illusions sur l’effet de "ruissellement"* des profits du capital. Qui plus est, les nouveaux dirigeants technocrates de la Grèce et de l’Italie et les petits comptables allemands qui les conseillent auront du mal à gérer au niveau politique des foules rebelles qui se considéreront comme des esclaves de la dette au service des banques allemandes créditrices. Il faudrait un comédien comme Berlusconi ou un "socialiste" populiste comme Papandréou pour continuer d’embobiner les masses et obtenir leur adhésion et maintenant voilà qu’ils sont partis.

Cette nouvelle situation en Grèce et en Italie, engendrera certainement à la fois une montée des ressentiments nationaux et des divisions dans la bourgeoisie nationale entre les "Européens" et les intérêts du business local (tourisme, industries d’exportation) qui pourraient soutenir la classe laborieuse en réclamant la sortie de l’Euro pour pouvoir dévaluer la monnaie et redevenir compétitifs. Si le ressentiment national ne se transforme pas en chauvinisme et si les bourgeois qui se sont ralliés à la classe laborieuse ne réussissent pas à prendre la direction du front populaire des 99%, il pourrait y avoir de nouvelles perspectives de lutte. Le facteur clé est l’internationalisme. Ce n’est que si les classes laborieuses grecques et italiennes parviennent à s’unir (et à s’allier aux Espagnols, aux Irlandais et aux autres travailleurs européens) qu’ils parviendront à échapper à l’esclavage de la dette imposé par les banques européennes dominées par les Allemands.

Jusqu’à présent les syndicats européens et les partis de gauche (Communistes et Socialistes) ont réussi à maintenir les luttes de classe à l’intérieur des frontières nationales tout en limitant la résistance à des "grèves générales" d’une journée et en canalisant le mécontentement dans les élections locales et nationales. (Les élections sont bien sûr devenues inutiles depuis que les gouvernements de règlement judiciaire sont nommés par un super-gouvernement européen à qui ils rendent des comptes). Néanmoins, les syndicats nationaux établis qui font de la collaboration de classe et les partis de "Gauche" —bien que complètement rejetés par la jeunesse grecque et les indigñados espagnols— ont encore une grande influence en Italie et en France. Si des mouvements horizontaux, plus spontanés et auto-organisés comme le Printemps Arabe, les indigñados et le mouvement international Occupy Everything se répandaient dans la vieille Europe (y compris en Allemagne) la camisole de force dans laquelle les officiels de la Gauche maintiennent les mouvements sociaux pourrait éclater et laisser échapper de nouvelles énergies qui pourraient générer une solidarité internationale des 99%.

Cette solidarité sera nécessaire quand la prochaine bulle financière explosera —comme c’est inévitable— et transformera la Grande Récession ( dont les 1% se sont très bien "remis") en une seconde Grande dépression mondiale.

Richard Greeman

Richard Greeman est un intellectuel marxiste, qui milite depuis longtemps pour les droits humains, contre la guerre, contre les frappes nucléaires, pour l’environnement et pour la lutte des classes aux Etats-Unis, Amérique Latine, France, et Russie. Il est connu pour ses études et traductions du romancier révolutionnaire franco-russe Victor Serge. Il est l’auteur de nombreuses publications en Anglais et Français sur les luttes de classe internationales et la théorie révolutionnaire. Il est basé à Montpellier, France, où il dirige la Fondation Internationale Victor Serge. On peut le joindre à rgreeman@gmail.com

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2011/11/germany-gambles-on-the-old...

Partager cet article

Repost 0
Published by UPAC - dans politique
commenter cet article

commentaires

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".