Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:24
Repost 0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 15:04
Repost 0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 08:47

! NO PASARAN !

Pour une riposte antifasciste immédiate

Les violences homophobes se multiplient, la coordination des mouvances fascistes se renforce, les manifestations de masse réactionnaires approuvent et appellent à la guerre civile. A cela une seule réponse possible : stoppons l’ennemi fasciste !

Depuis l’automne 2010, le mouvement social ne se relève pas en France, subissant les compromis des centrales syndicales avec le PS au pouvoir, et la répression médiatique et policière instantanée au moindre soubresaut populaire. Remplissant sa fonction historique comme cela est le cas en Italie, au Portugal, en Espagne et en Grèce, le PS collabore avec le Capital pour nous imposer leur crise par de violentes offensives patronales. Ceux de PSA, de Goodyear et de ArcelorMittal en sont parmi les premières victimes, se défendent de manière dispersée et isolée, face à l’austérité à grande échelle qui menace. Crève, ou crève : voilà leur message pour notre avenir proche et à terme. Tandis que des ministres crapules cachent des comptes secrets en Suisse et ailleurs de plusieurs dizaines de millions d’euros !

Qui plus est, la seule dynamique sociale qui s’anime en ce printemps 2013 est une dynamique fasciste. Depuis des décennies, nous n’avions pas connu une telle connivence et coordination, politique et de terrain, entre toutes les forces d’extrême-droite existantes, qui parviennent aujourd’hui à créer un mouvement social-fasciste commun et ascendant. Du prétexte réactionnaire de départ contre l’égalité des droits et le mariage homosexuel, les forces fascistes et identitaires se sont rassemblées pour prendre l’avantage et mener actions et manifestations de masse. Ils parviennent actuellement à élargir leur champ d’action en posant la question du chômage et de la crise, pouvant permettre d’ouvrir les portes au fascisme. De Lyon à Paris, de Nancy à Marseille, nous subissons toujours davantage les coups répétés des groupes nazis à l’encontre de camarades antifas, des roms, d’homosexuels et des personnes d’origine immigrée. Les groupes fascistes multiplient actions de ratonnade et menaces permanentes en une terreur de rue contre tous ceux qui n’appartiennent pas à leur monde consanguin. Comme il y a toujours eu, mais cette fois soutenus et appuyés par un mouvement de masse de défense de la bourgeoisie. Car le fascisme est aussi un mouvement de masse, de la masse ennemie.

Ils en appellent maintenant au sang et à la guerre civile. Qu’ils sachent que la guerre civile, nous y sommes déjà et que nous répondrons au sang par le sang.

L’heure est à la riposte. Empêchons les fascistes d’occuper la rue, harcelons leurs modes d’implantation, ne les laissons pas faire loi. Nous sommes la vie, nous sommes légion, nous sommes partout. Si nous faisons l’erreur de sous-estimer la menace fasciste aujourd’hui, nous subirons rapidement un écrasement équivalent à celui quesubissent nos amis de Grèce.

Nous gardons en tête que l’ennemi fasciste demeure l’allié privilégié de l’Etat et du Capital, qu’il n’y a à traiter avec eux que par une ligne de front. Nous devons rester déterminés, organiser des Comités d’autodéfense sociale et antifasciste dans chaque ville et dans chaque quartier. Ne leur laisser aucune marge d’action ni aucun répit. Car derrière le combat contre le fascisme se tient toujours le combat frontal contre le capitalisme et ses structures d’exploitation, de domination et de répression.

Bloquons les convois de militants fascistes partant en bus des provinces pour se rendre à Paris lors des manifestations réactionnaires de masse. Reprenons la rue, non plus pour l’égalité des droits, mais contre l’avènement en force du fascisme.

Ils nous déclarent la guerre : la solidarité sera notre arme, la détermination notre force.

Réseaux Communistes Libertaires Autonomes/ groupes Nancy-Paris-Lyon-Strasbourg.

Source: Le Chat Noir Emeutier

Repost 0
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 12:15
Non à l'homophobie !
Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 21:17

EDIT : les visuels du GUD Nancy publiés sur leur page Facebook, dont nous parlons dans cet article semblent avoir mystérieusement disparus. Nous avons conservé une copie PDF de cette page avant la disparition de ces visuels.

EDIT 2 : « même pas peur » : quand on signale à l’auteur de la page que ses contenus sont pour le moins un peu limites, ce dernier en ajoute une couche avec tout l’humour qui caractérise les membres de ce sympathique « syndicat étudiant ».

up2

EDIT 3 : Selon LOR’Actu, une plainte à l’encontre du GUD Nancy devrait très prochainement être déposée par  l’Inter LGBT National auprès du Procureur de la République de Paris, pour  «incitation à la haine et à la violence homophobe». (Merci  @valere_m pour l’info). En outre le GUD de Nancy a déjà fait parlé de lui récemment, il s’agissait d’une agression à l’arme blancheReflets tient à disposition ses captures publiques ainsi que quelques backups…

Capture d’écran 2013-04-03 à 18.56.59

EDIT 4 : La page Facebook du GUD Nancy a mystérieusement disparu.

Parmi les groupuscules que nous suivons toujours du coin de l’oeil, il y en a un qui est un peu particulier. Particulier car il a été largement inspiré de la plume de notre ancien ministre de la défense, Gérard Longuet. Il s’agit du GUD, le Groupe Union Défense. A l’heure ou tout le monde reproche à Jérôme Cahuzac, et à juste titre, un blanchiment de fraude fiscale, Reflets s’interroge sur l’héritage d’un homme politique de l’UMP qui a été appelé à un poste éminemment stratégique (la défense nationale) par Nicolas Sarkozy.

Les conneries de Gérard, elles commencent avec Occident au début des années 60, il était alors question d’aller casser du rouge. Gérard Longuet a d’ailleurs à cette époque été condamné pour de grave faits de violence (une victime est restée dans le coma) et surtout, dont les conneries du passé alimentent encore aujourd’hui la bêtise ordinaire et la haine de la différence. En 1968, après la dissolution d’Occident par le Conseil des ministres, Gérard Longuet rejoint alors le GUD, dont il signera la charte ! Un peu plus tard, Gérard Longuet rejoint Ordre Nouveau, une autre bande de joyeux ratonneurs.

Merci Gérard, elle devait être vachement bien ta « charte ». Aujourd’hui un cap est franchi puisque le GUD appelle carrément à la ratonnade des homosexuels lors des Gay Prides en diffusant des appels très explicites que même des abrutis au QI négatif seront aptes à comprendre :

Capture d’écran 2013-04-03 à 11.49.04

Ou encore ceci :

Capture d’écran 2013-04-03 à 11.21.08

Ceci vient de la page Facebook du GUD Nancy :

Capture_d'écran_03_04_13_11_20

Le GUD est aussi particulier car ce groupuscule réputé violent, qui l’affiche clairement, suscite un splendide je m’en foutisme de la part des autorités qui laissent ce vivier de crétins barboter sur Facebook pour répandre ses « idées ».

Alors oui Twitter, les tweets #UnBonJuif toussa, c’est très bien ça fait du buzz quand on est ministre. Mais nous l’avons maintes fois expliqué, le problème n’est pas Twitter, le problème, c’est de donner les moyens à la justice et aux autorités judiciaires de faire appliquer la loi, sur Twitter comme ailleurs : sur Facebook, sur LastFM, sur Haut et Fort, sur Copains d’Avant, ou encore sur Dailymotion qui a toujours été plus prompt à censurer une vidéo de la représentation nationale dans l’hémicycle pour de sombres raisons de violation d’un copyright sponsorisé par de l’argent public, plutôt que de veiller à ce que sa plateforme ne devienne pas une tribune pour connards décérébrés.

Et puisqu’on parle de Dailymotion, voilà ce que ça donne en version homophobe, révisionnisme et appel à la haine :

« La Droite c’est l’honneur, la Droite c’est le devoir, la Droite c’est ne pas être pédé ! » Roger Holeindre, 9 février 2013


IIe Congrès du PDF – Intervention de Roger… by Agence2Presse

  • Le problème c’est aussi qu’un mouvement comme le GUD soit encore en 2013 considéré comme légitime « syndicat étudiant » et que ses satellites provinciaux soient même pour certains constitués en association de loi 1901 comme c’est le cas pour l’association Jeune garde – GUD dont les statuts sont déposés à la préfecture de Perpignan depuis 1985.
  • Le problème, c’est que nous avions encore il y a quelques mois pour ministre de la Défense nationale l’une des figures emblématiques de ce groupuscule extrémiste et que la presse, à de rares exceptions, sur ce sujet là, on l’a quand même vachement moins entendu que pour un hashtag à la con sur Twitter.
  • Le problème c’est qu’un ministère trouve des solutions à de faux problèmes en éludant les vrais problèmes.

 

Comprenons nous bien, nous n’appelons pas à la censure de leur site web ou de leur page Facebook, ceci ne servirait à rien, mais nous nous interrogeons sérieusement sur les suites que la justice donnera pour les hashtags #UnBonJuif sur Twitter que nous ne manquerons pas de mettre en perspective avec ces appels à la ratonnade si toutefois l’autorité judiciaire daigne se manifester.

En attendant, voici pour elle un beau PDF de la page Facebook du GUD Nancy.

 Source: Reflet.info

Repost 0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 11:42

Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 11:21

la-federation-lgbt.jpg

 

Bien qu'opposés à l'institution du mariage avec tous ce que cela comporte d'encadrement et de servilité citoyenne, et face à toute la connotation  religieuse qui en profite pour se répendre, nous apportons notre soutien à la manifestation de promotion du mariage pour tous qui à lieu aujourd'hui à Paris sur le principe d'égalité des droits.

 

UPAC. 

Repost 0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 19:43
Emprisonnee une membre des Pussy Riot sort de son silence

 

 

Nadejda Tolokonnikova a 22 ans. Avec deux autres membres des « Pussy Riot », cette artiste a été reconnue coupable de « hooliganisme motivé par la haine religieuse » et a été condamnée le 17 août dernier à deux ans de camp. Le tort de ces trois jeunes femmes ? Avoir proféré une prière punk anti-Poutine dans une église de Moscou en février dernier.

Actuellement emprisonnée, Nadejda Tolokonnikova est pourtant sortie de son silence, à l’occasion d’une interview pour le magazine allemand « Der Spiegel ». « J'aime la Russie mais je hais Poutine », lance d’emblée cette membre des « Pussy Riot », qui a répondu par écrit aux questions du journal par l’intermédiaire de l'un de ses avocats. « Le système Poutine (...) n'appartient pas au 21e siècle, il rappelle beaucoup plus les sociétés primitives ou les régimes dictatoriaux du passé », poursuit-elle.

« Le manque de liberté de mouvement ne restreint pas la liberté de penser »

Si c’était à refaire, retournerait-elle avec ses comparses dans une cathédrale moscovite pour défier Vladimir Poutine ?« Je ne regrette rien », explique Nadejda Tolokonnikova. « Au bout du compte, le procès contre nous était important car il a montré le vrai visage du système Poutine (…) Ce système a émis un jugement sur lui-même en nous condamnant à deux ans de prison sans que nous n'ayons commis de crime. Cela me réjouit évidemment », confie au « Spiegel » cette maman d’une petite fille de 4 ans. « Je me bats pour qu’[elle] grandisse dans un pays libre », ajoute-t-elle.

Alors que deux autres membres des « Pussy Riot », Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, purgent également la même peine de prison, « Der Spiegel » a interrogé Nadejda Tolokonnikova sur leurs conditions de détention. « Malgré tout, c'est une prison russe avec tout son charme soviétique. Il n'y a pas eu beaucoup de progrès : la prison est un mélange de caserne et d'hôpital », déclare-t-elle. Et de décrire les journées en prison : « Nous sommes réveillées à 6 heures du matin, ensuite je prends mon petit-déjeuner, ensuite vient le tour de cour. Le reste de la journée, j'écris. Ou je lis, ces jours-ci par exemple la Bible et les œuvres du philosophe marxiste slovène Slavoj Zizek ». Malgré leur condamnation, les « Pussy Riot » n’ont pas dit leur dernier mot : « Le manque de liberté de mouvement ne restreint pas la liberté de penser », conclut l’artiste dans les colonnes du « Spiegel ».

Source: ELLE

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 11:04

Intervenant-e-s:
Morgane Merteuil, travailleuse du sexe, secrétaire générale du Syndicat du TRAvail Sexuel
Damien Simonin, doctorant, Centre Max Weber – ENS de Lyon, allocataire ANRS

Exposé:
Au croisement des luttes anti-capitalistes et anti-patriarcales, le travail du sexe concerne à la fois des questions de répartition des ressources matérielles et de conditions d’usage de son corps. Mais loin d’être un point de convergence de ces luttes, il constitue au contraire l’un des thèmes à la fois récurrents et conflictuels, au moins en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Émergeant dans les années 1970, les positions actuelles semblent absolues et indépassables. Pourtant, les conditions d’exercice ont connu des changements importants et les personnes concernées se sont fortement diversifiées. Bien plus qu’une domination en soi, le travail du sexe est lié à une multiplicité de rapports de domination (de classe, de sexe/genre, de race, d’âge). Nous proposons donc de revenir sur les relations entre travail du sexe et émancipation dans les discours et débats contemporains au sein des mouvements anti-capitalistes et (pro-)féministes en France.

Il s’agit d’abord de questionner la possibilité de penser l’émancipation de/par la prostitution, en prenant au sérieux aussi bien les positions critiques des mouvements abolitionnistes (sur l’émancipation par le travail dans une économie capitaliste ou par la sexualité dans un régime patriarcal) que les revendications des mouvements de travailleur.se.s du sexe (sur le travail du sexe comme possible résistance ou alternative dans ce contexte). Mais nous voudrions aussi défendre la possibilité de penser les travailleur.se.s du sexe comme pensant, exprimant et agissant leur propre émancipation. Le « travail du sexe » recouvre aujourd’hui une diversité de personnes, d’activités et de relations, une multiplicité de rapports de pouvoir : on ne peut pas analyser les discours des travailleur.se.s du sexe uniquement comme un produit de l’oppression. Il faut donc prendre en compte leurs formes d’organisation, en particulier le Syndicat du Travail Sexuel (STRASS) : ses revendications, les critiques qui lui sont adressées et les alliances qu’il tente de nouer.

L’objet de ces débats, ce n’est pas seulement la possibilité que le sexe constitue un outil de travail, c’est toujours aussi la possibilité du choix du travail du sexe, c’est-à-dire la capacité des personnes à penser elles-mêmes leur propre émancipation.

 

Source: Penser l'Emancipation

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 19:31
Le 5 mai dernier, manifestation contre l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel à Paris.

Le 5 mai dernier, manifestation contre l'abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel à Paris. ALFRED/SIPA

REPORTAGE - Associations féministes et syndicats se sont réunis à Paris pour faire le point sur la situation actuelle et sur la future proposition de loi...

Viviane est remontée. Ce petit bout de femme de 33 ans est en arrêt maladie depuis le mois d’octobre. En cause, son employeur, qui de gestes déplacés en SMS abusifs, la harcèle. Mais le 4 mai dernier depuis, le Conseil constitutionnel a voté l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel.

>> Le point sur le vide juridique après l’abrogation de la loi est par ici.

«Au boulot, c’étaient des mains aux fesses, des baisers forcés. Il est venu chez moi bourré à deux heures du matin...» Viviane, engagée depuis avril 2011 en CUI puis en CDI comme assistante de direction, souhaite un licenciement et se heurte à un mur. «Je ne peux pas démissionner», fulmine-t-elle. Elle a déjà dépensé 700 euros en frais d’avocats. «C’est l’assurance maladie qui nous fait vivre avec mon fils. Je voudrais juste pouvoir chercher un autre boulot.»

Elle est venue à la réunion publique de l’AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail), ce lundi après-midi à la Bourse du travail, pour obtenir des réponses à ses questions. C’est pour discuter du bilan des actions déjà intentées et de la suite à donner au mouvement que s’y sont retrouvées une quarantaine de personnes membres d’associations et syndicats tels que AVFT, Osez le féminisme ou encore Solidaires.

Plainte pour misogynie ou crime sexiste

Viviane a déposé plainte contre son employeur mais aussi contre le Conseil constitutionnel, à l’appel de l’association AVFT lors de la manifestation du 5 mai. La décision d’abroger la loi sur le harcèlement sexuel, la veille, a sonné aux oreilles de Viviane et à celles des autres victimes comme une double peine.

Marilyn Baldeck, déléguée générale de l’AVFT, fédère les troupes: «Il faut déposer le plus de plaintes possibles pour maintenir la pression jusqu’aux législatives, et l’adoption d’une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel.» En raison du vide juridique engendré par l’abrogation de la loi et de l’impossibilité de qualifier désormais une infraction de «harcèlement sexuel», la déléguée enjoint à être le plus imaginatif possible: «on peut déposer plainte pour misogynie, pour association de malfaiteurs, voire crime sexiste!»

«Bonnes à baiser»

Lyasid, auxiliaire de puériculture et membre de Solidaires, est l’un des trois hommes présents à la réunion. «Je ne supporte plus les inégalités. Récemment, un infirmier anesthésiste a lancé aux infirmières qu’elles étaient toutes «bonnes à baiser». Il s’est fait gifler. Moi, j’aurais aimé qu’il passe en conseil de discipline.»

Les procédures en cours pour harcèlement sexuel ayant été annulées, la Chancellerie a déposé jeudi dernier une circulaire permettant de requalifier l’infraction en harcèlement moral, violence volontaire ou tentative d’agression sexuelle, ce que Marilyn Baldeck juge inadapté. «Le harcèlement moral, c’est précisément l’écueil qu’on veut éviter, que soit évacuée la dimension sexuelle!» Quant à la tentative d’agression, elle est difficile à prouver dans des cas de harcèlement. Viviane plaisante à peine lorsqu’elle lâche: «Comment prouver que mon patron a été trop loin? Je n’ai pas la marque de ses doigts imprimée sur les fesses!»

Une méthodologie «irresponsable»

A moins que la qualification retenue puisse être celle de l’agression sexuelle, les victimes en procédure devront faire une croix sur l’aspect sexuel du harcèlement pour ne garder que la dimension morale, ou bien faire le deuil d’une procédure pénale et aller au civil, précise Marilyn Baldeck.

Les membres de l’AVFT vont envoyer leur proposition de loi, inspirée d’une directive européenne, au futur gouvernement dès qu’il sera formé. En espérant la voir évoluer en projet de loi et votée en juin prochain. Mais le manque de concertation se fait déjà sentir: «Certains sénateurs sont en train de réécrire le texte sans nous en faire part, alors que nous détenons l’expertise sur le sujet. C’est complètement irresponsable. On réclame une méthodologie plus intelligente», résume la déléguée générale de l’AVFT.

Claire Béziau
Source : 20 minutes.fr
Repost 0

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".