Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Antifascistes !

Recherche

Vive la CGT 1906

Parce que nous sommes attachés à l'esprit de la Charte d'Amiens de 1906 qui fonda les bases du syndicalisme révolutionnaire, parce que nous nous opposons à la dérive réformiste de notre confédération depuis les années 1970 et que nous condamnons la déviance contre-révolutionnaire de notre CGT depuis la fin des années 90, nous avons fait le choix de ne pas mettre en lien le site de la confédération ainsi que celui de l'UD de la Creuse qui ont pris le chemin d'un syndicalisme bureaucratique et élitiste.

 

- Site d' Où va la CGT ?: Clic< link

- Site des Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR):Clic< link

- Site des Communistes Libertaires CGT :Clic< link

 

CGT.jpg

Archives

Limousin Terre de Gauche.

- Parti Communiste Creusois: Clic< link

 

PCF.jpg

 

- Parti de Gauche Creusois: Clic< link

 

PdG.jpg

 

- Nouveau Parti Anticapitaliste Limousin : Clic< link

 

NPA.jpg

 

- Alternatifs Limousin : Clic< link

 

alternatifs

 

- Gauche Anticapitaliste: Clic< link

 

logoGApourblog_s.jpg

 

- Limousin Terre de Gauche. (site des élus au Conseil Régional): Clic<link

 

Limousin, terre de gauche.

 

- Quotidien local "L'Echo": Clic<link

 L'Echo

 

 

 

  

7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 12:07
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 07:49
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 11:27
Repost 0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 09:30
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:27
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 20:47

CSR :

Chers camarades

MEETING

« Solidarité internationale :

la voie des luttes victorieuses »

en soutien aux syndicalistes licenciées de LATelec Tunisie

en présence de Sonia Jebali et Monia Dridi

mercredi 18 septembre à 20 h 30

salle Duranti-Osète / 6, rue du Lieutenant-Colonel-Pelissier, M° Capitole

« Travail, liberté, dignité ! » En décembre 2010, le peuple tunisien se soulève. Un mois plus tard, une foule immense scande « Dégage ! » devant le ministère de l’Intérieur. Ben Ali s’enfuit le 14 janvier 2011. C’est le début d’un processus révolutionnaire qui se poursuit aujourd’hui.

Déclenché par les manifestations spontanées des classes populaires à l’intérieur du pays (Sidi-Bouzid, Kasserine…), le soulèvement a été relayé et entretenu dans toute la Tunisie par de nombreuses organisations, réseaux de juristes et défenseurs des droits. Les grèves générales ont porté un coup fatal à la dictature. Principal syndicat tunisien, l’UGTT a joué un rôle déterminant. Les revendications sociales appuyées par la centrale se sont traduites par une vague de syndicalisation qui a traversé toute la Tunisie post-Ben Ali.

En mars 2011, un syndicat UGTT est créé dans l’usine LATelec (filiale du groupe français Latécoère, producteur d’équipements avioniques pour Airbus, Dassault, etc.) de Fouchana, en banlieue de Tunis. Porté par des ouvrières, il est l’illustration de cet élan révolutionnaire. Très vite, la direction lui déclare la guerre. Harcèlements, menaces, tentatives de corruption : fortes de multiples mobilisations, les travailleuses ne cèdent pas. Les conquêtes sociales sont à la taille de leur combat : encadrement des heures supplémentaires, respect des normes d’hygiène et de sécurité, augmentation des salaires…

L’embellie est de courte durée. Profitant du reflux révolutionnaire, la direction réprime les syndiquées : mises à pied, violences – puis licenciements abusifs de 11 travailleuses, dont les 3 déléguées syndicales, déclarés illégaux par l’inspection du travail. Depuis des mois, Sonia, Monia et Rim se battent pour leur réintégration, avec le soutien de plusieurs organisations et syndicats français. Pour briser définitivement la lutte des ouvrières tunisiennes, LATelec a rapatrié en France une partie de sa production : en quelques mois, le site de Fouchana est passé 450 salariés à 160, mettant de fait au chômage des centaines de salariées.

La lutte des LATelec illustre l’importance cruciale de la solidarité internationale.

Contrer l’isolement subi par les syndicalistes licenciées passe par la mobilisation des militants français et l’exposition publique des agissements de la maison-mère Latécoère. Cette solidarité active des syndicalistes et travailleuses et travailleurs français exerce des pressions sur la direction du groupe : le droit du travail et les libertés syndicales doivent être respectés des deux côtés de la Méditerranée.

Enfin, la solidarité Nord-Sud et la coordination internationale des luttes ne sont plus seulement une question de principe. Elles deviennent nécessaires face aux multinationales, gérantes de main-d’œuvre à l’échelle de la planète. La mise en concurrence internationale des travailleuses et travailleurs est leur pièce maîtresse, utilisée pour faire reculer les acquis sociaux dans tous les pays développés. Elle est le véritable visage de la « compétitivité », martelée par tous les gouvernements qui demandent toujours plus d’efforts aux salariés. Dans ces conditions, l’amélioration de la condition sociale des travailleuses et travailleurs du Sud est un atout de taille pour celles et ceux du Nord.

Le Comité de Soutien aux Luttes du Peuple Tunisien, engagé dans la solidarité internationale entre travailleurs, reçoit à Toulouse, mercredi 18 et jeudi 19 septembre, Sonia Jebali et Monia Dridi, déléguées syndicales UGTT de LATelec Fouchana.

Rencontre de solidarité internationale

à la pizzeria Zoubir, 2, rue Bertrand-de-Born, à Toulouse,

le jeudi 19 septembre, à partir de 19 h 30.

Pour y participer, téléphone : 06 19 45 90 90

Comité de Soutien aux Luttes du Peuple Tunisien [Front Populaire (Tunisie) Coordination Sud-Ouest, ATTAC Toulouse, Coup pour Coup 31, CSR, EELV, NPA, OCML-Voie Prolétarienne, PCOF, PG, Solidaires 31, Voie Démocratique (Maroc) Europe]

Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 19:59
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 08:41

 


CGT

Le document d’orientation présentée par la Direction confédérale de la CGT pour son 50e congrès fait du syndicalisme rassemblé l’alpha et l’oméga de sa stratégie. Mais, le bilan de 15 ans de syndicalisme rassemblé ne plaide pas pour sa poursuite. Le texte reconnait d’ailleurs que l’unité syndicale contre la réforme Fillon des retraites n’a porté que sur le rejet du projet de réforme et non sur les propositions alternatives. Et pour cause, les autres confédérations partageaient peu ou prou la logique du plan Fillon.


La Direction confédérale reconnait de plus que les autres organisations syndicales ont une conception différente du dialogue social et de la négociation qui les conduisent à signer des accords avec le patronat que ne signe pas la CGT.


Le dernier exemple est celui sur « la sécurisation de l’emploi » qui bouleverse le code du travail approuvé par la CFDT, la CGC et la CFTC. Leur signature était prévisible puisqu’elles avaient signé avec le MEDEF, la CGPME et l’UPA un document commun en janvier 2012 sur la compétitivité des entreprises et le coût du travail.

 

La Direction confédérale a jusqu’ici justifié la stratégie du syndicalisme rassemblé par la faiblesse de la syndicalisation et la division syndicale. La faiblesse de la syndicalisation et la division syndicale sont liées l’histoire du syndicalisme français. Histoire que la direction confédérale réécrit à sa façon, en affirmant dans le document d’orientation au 1.68 que la CGT est née de la prise de conscience … que les salarié-e-s au-delà de leur différence devaient être organisés dans un seul syndicat porteur d’une conception solidaire et interprofessionnel.

 

Rouge Midi 267

En 1895 au congrès de Limoge le débat ne s’est jamais posé en terme de syndicat unique mais surtout ce qu’occulte le texte confédéral, c’est que la CGT s’est créée sur une base de lutte, sur la conscience de l’affrontement de classe entre le capital et le travail. Le syndicat dans la conception de l’époque, explicitée par la Charte d’Amiens, devait émanciper le salariat de son exploitation. Il est évident que face à un syndicalisme qui contestait sa suprématie, la bourgeoisie n’allait pas rester inactive.

 

Adhérer à la CGT, c’était faire une croix sur sa carrière, être en butte à la répression. Cette dernière fut particulièrement féroce sous Clémenceau et Briand. Contrairement à la France, le syndicalisme en Angleterre et en Allemagne ne s’est pas constitué sur une base d’affrontement avec le capital. Il était plus un partenaire qu’un adversaire du patronat et du pouvoir politique. Y adhérer n’était pas synonyme de blocage de carrière et de répression.

 

En France, la multiplicité des confédérations est la conséquence de l’existence d’une CGT influente.

 

La CFTC fut créée en 1919 à l’initiative du Vatican pour développer un syndicalisme chrétien en opposition à la CGT.

 

La CGC s’est créée face à la montée du salariat chez les cadres et à une CGT sortie très renforcée des grèves de 1936.

 

Compte tenu de son action dans la résistance, la CGT était toute puissante à la Libération. Mais toute une série de scissions allaient l’affaiblir qu’il faut placer dans le contexte de la violence des luttes de classes qui suivent la Libération et du commencement de la guerre froide.

 

C’est tout d’abord la scission de la CNT, puis celle de la FGAF (cheminot) puis celle de Force Ouvrière, celle de la FEN, et de syndicats qui allaient passer dans l’autonomie, certains se réaffilieront par la suite à la CGT.

 

1964 voit la déconfessionnalisation de la CFTC avec la naissance de la CFDT, porteuse d’un réformisme moderne qui va attirer beaucoup de couches nouvelles du salariat qui découvrent l’exploitation patronale.


En 1992, la FEN éjecte la tendance U&A à son congrès de Perpignan pour se saborder et créer l’UNSA avec 5 syndicats autonomes. Au lieu de rejoindre la CGT, U&A maintient les enseignants dans un syndicalisme ultra catégoriel en créant une FEN bis avec ses tendances, la FSU.


Enfin, il reste Solidaires né en 1998 de l’association de syndicats autonomes, (le groupe des dix né en 1981), dont certains ont depuis rejoint l’UNSA, et de syndicats SUD dont plusieurs ont quitté la CFDT.


L’ensemble de ces organisations syndicales malgré leurs différences et leurs divergences ont un point commun, elles se définissent comme réformistes. C’est ce que refuse d’admettre le syndicalisme rassemblé. Pour elles, les intérêts du salariat ne sont pas fondamentalement antagoniques de ceux du patronat, des aménagements sont possibles. Or, la mondialisation exacerbant la concurrence entre groupes capitalistes rend les besoins de financement de ces derniers infinis. Les richesses créées par les salariés doivent servir au maximum sinon en totalité à l’accumulation du capital et ne plus être socialisées ou le moins possible quitte à remettre en cause le renouvellement de la force de travail.

 

Chaque organisation syndicale au niveau de l’entreprise, de la branche professionnelle, de l’Etat se positionne face aux exigences du patronat et de l’Etat qui épaule en permanence le patronat.


CGT Lutter 01


C’est ce qui fait que la CGT est différente de toutes les autres organisations. Elle n’a signé et ne signe aucun accord défavorable aux salariés.

 

Le syndicalisme rassemblé, sous-entendu autour de la CGT, qui pour ses concepteurs est la première étape menant à l’unité organique [1] est un leurre.

 

Il n’y a pas d’un côté le patronat et de l’autre l’ensemble des organisations syndicales. Il y a d’un côté le patronat et le syndicalisme d’accompagnement et de l’autre le syndicalisme de lutte. Le syndicalisme d’accompagnement qui peut prendre des formes contestataires, ne remet pas en cause la domination du capital sur le travail.

 

C’est un leurre de croire que l’unité de sommet entre directions d’organisations syndicales est bénéfique aux salariés. Le syndicalisme rassemblé est une conception de sommet, d’états-majors qui présente l’inconvénient majeur de taire les divergences et de ne pas tenir informés les salariés des options et orientations de chacun (ainsi la direction confédérale a été très discrète au sujet de l’accord patronat syndicats de janvier 2012 cité plus haut). Afin de ne pas rompre une unité établie sur le plus petit commun multiple, la CGT s’est interdit jusqu’ici de prendre seules des initiatives. Mais, elle y est contrainte par la violence de la politique du capital et du pouvoir, la position des organisations syndicales réformistes et la volonté de lutte de sa base.


Thierry Lepaon peux toujours essayer de tendre la main à la CFDT, cette dernière a une orientation dont elle ne déviera pas. 

 

D’un syndicalisme sociétal des années 60 et 70 elle est passée progressivement et de plus en plus ouvertement à un syndicalisme d’accompagnement de la politique du capital.

 

Quant à FO, continuatrice de la vieille CGT confédérée de Léon Jouhaux et dont J Cl Mailly assume le réformisme [2], elle pratique le double langage. Elle condamne l’accord signé par le MEDEF, le CFDT et la CGC et la CFTC mais signe comme la CFDT et la CGC avec la Direction de Renault un accord qui n’est que la déclinaison de l’ANI ainsi que l’accord avec le MEDEF sur les retraites complémentaires.


Rouge Midi 268

La stratégie du syndicalisme rassemblé est un échec.


Elle se heurte à la nature réformiste des autres organisations syndicales. Vouloir la pérenniser met la Direction confédérale dans une position inconfortable. Soit elle continue de rechercher des accords sans principe avec des organisations syndicales qui refusent de se battre contre le patronat et se met à dos sa base, soit elle prend l’initiative des luttes et met le syndicalisme rassemblé à la poubelle de l’Histoire.


La CGT doit être porteuse d’une autre conception de l’unité, basée sur la lutte, et donc sur son autonomie d’expression et d’action, privilégiant l’unité des salariés appuyée sur une intense lutte des idées et de propositions réellement alternatives.


Gilles Mercier


Syndicaliste CGT Recherche


[1] *Louis Viannet « syndicalisme : quelles perspectives ? » p76-82 Réinventer le Syndicalisme. Revue « Mouvements » janvier-février 2006.


[2] J C Mailly Les Echos 25 mars 2004

 

Source: PCF Bassin d'Arcachon.

Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 19:20

L’Association France Palestine Solidarité a organisé un Colloque au Palais du Luxembourg le 1er mars 2013 sur la colonisation et ses effets sur la vie politique, économique et sociale des Palestiniens.

Ce Colloque présidé par Mme Esther Ben­bassa, Sénatrice du Val de Marne, et Monsieur Jean-​​Claude Lefort, président de l’Association France Palestine Solidarité et député honoraire, a abordé les différents sujets liés à la colonisation à travers trois tables-​​rondes avec de nombreux intervenants mobilisés par cette question. La deuxième table-​​ronde a traité de manière par­ti­cu­lière la question des produits des colonies et de l’implication des orga­ni­sa­tions syndicales européennes pour une paix juste et durable. Dans ce cadre, étaient présents à la tribune les intervenants suivants :
- M. Ben Moxham, Chargé de mission au département de l’UE et des relations inter­na­tio­nales au Trades Union Congress (Royaume-​​Uni)
- M. David Joyce, Chargé des relations inter­na­tio­nales à Irish Trades Union Congress (Irlande)
- M. Roberto Giudici, Chargé des relations inter­na­tio­nales à la Confe­de­ra­zione Générale Ita­liana del Lavoro (Italie)
- Mme Ozlem Yil­dirim, Responsable Droit, migrations, Proche et Moyen Orient à la CGT (France)

Robert Kissous, membre du Bureau national, a modéré cette table-​​ronde qui a résulté en un appel syndical lancé au cours du colloque.

Appel syndical

L’appel ci-​​joint a été lancé par 4 centrales syndicales européennes le 1er mars à l’occasion du colloque organisé par l’Association France Palestine Solidarité au Palais du Luxembourg (Paris). Ces orga­ni­sa­tions sont : Confe­de­ra­zione Générale Ita­liana del Lavoro (CGIL Italie), Confédération Générale du Travail (CGT France), Irish Congress of Trade Unions (ICTU Irlande), Trade Union Congress (TUC Royaume-​​Uni). L’appel est destiné à être signé par toutes les centrales syndicales européennes qui le souhaitent. La Confédération Paysanne (France) a signé l’appel.

APPELPOURQUELESPAYSEURO­PEENSPRENNENTDESMESURESCONCRETESCONTRELACOLO­NI­SATIONISRAELIENNE

Depuis plus de 5 ans, la population de Gaza subit un blocus terrestre, aérien et maritime insoutenable qui annihile toute perspective d’avenir pour la jeunesse palestinienne. Les travailleurs de Palestine et notre partenaire syndical dans le pays, la Fédération générale palestinienne des syndicats (PGFTU), nous informent régulièrement des difficultés politiques, économiques et sociales générées par l’occupation. Cette situation éloigne la perspective d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens et la réalisation effective de l’Etat palestinien. La colonisation israélienne et l’accaparement des terres et des ressources palestiniennes se poursuivent à marche forcée. Le nombre de colons a ainsi doublé depuis 1993 pour dépasser un demi-​​million tandis que, géo­gra­phi­quement, les colonies continuent à s’étendre. Par ailleurs, bien que l’application de l’accord d’association UE-​​Israël est, dans les textes, subordonnée au respect des Droits de l’homme, l’accord n’a pas été suspendu malgré un vote en ce sens du Parlement européen en 2002. Bien au contraire, il y a développement des relations commerciales avec Israël, par­ti­cu­liè­rement avec l’approbation récente du protocole cadre ACAA. La même attitude incohérente prévaut à l’égard des colonies. L’Union européenne, qui dit s’opposer aux colonies, participe à leur pérennisation par divers programmes. En outre, l’absence de directives claires encadrant les relations commerciales et financières avec les entreprises qui profitent de la colonisation doit prendre fin. Il est temps que cette situation intolérable cesse. Nous réclamons conformément au Droit international :

• Interdiction d’entrée des produits des colonies dans chacun des pays européens. • Non admissibilité des entreprises produisant dans les colonies à tous les protocoles et programmes de coopération européens. • Application des principes directeurs de l’OCDE et de l’ONU (Pacte mondial) en matière de res­pon­sa­bilité sociale des entreprises, de gouvernance et de droits de l’Homme aux sociétés européennes. • Suspension de l’accord d’association UE-​​Israël tant que les conditions d’application ne sont pas réunies.

Source: AFPS
Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 22:28

IMGP0089bis.jpg

Repost 0
Published by UPAC - dans syndicats
commenter cet article

Non au Front National !

Camarades ,

Ne nous livrons pas aux chants des sirènes fascistes, qui sous couvert d'un discours anti-systémique bien rôdé, ne visent qu'à instaurer un régime aux relents des années 30. Ne soyons pas naifs face à ce nouvel ordre moral que veulent imposer par le mensonge et la peur les tenants de la haine et du "sang pur". Sous couvert d'une fausse expression démocratique et médiatique, le FN ne s'est jamais détaché de ce qui a construit son origine : une droite populaire qui rejette le prolétaire, une droite chrétienne qui rejette le non-croyant ou l'autre croyant, une droite corporatiste qui rejette l'union des travailleurs. Le FN a ses petits groupuscules néo-nazi dont il se défend d'être en lien publiquement mais avec qui il travaille bien tranquillement  : GUD, bloc identitaire et autres "natios".

    Et lorsque l'on se penche sur son programme politique le vernis craque : Contre la retraite par répartition et tout ce qu' a fondé le CNR de 1945 (où était-il lors des manifs de 2010 ?)  , contre les droits des salariés ( poujadiste un jour, poujadiste toujours !) etc... 

De nombreux documents démontrent l'imposture du FN. L'UPAC vous en propose deux :

- Celui du collectif communiste Prométhée dans son numéro 85, (site net : http://promcomm.wordpress.com), 5 pages.

-Celui du collectif VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes), qui s'intitule "FN, le pire ennemi des salarié(e)s" et dont le lien est sur le blog, 29 pages. 

 

Ne lâchons rien ! 

Face au bras tendu du facho, levons le poing ferme du prolo !! 

 

Vêtements et accessoires skinheads et Antifas.

            Site "La Pétroleuse" : Clic<  link

 

            Site "moonstomp" : Clic<  link

 

           Site "La Boutique, Tapage Rock" : Clic<  link

 

            Site "Antifa Wear" : Clic<  link

 

          Site "Ni Dieu, Ni Maitre": Clic< link   

 

             Site "FFC Production": Clic< link

 

  Badges UPAC:

 

Modèle 25 mm

 

Badge-UPAC-GM.jpg

 

 

 

Modèle 32 mm.

 

badge-UPAC.jpg

 

 

Fabrication "FFC Production".